Euro Disney met fin à six ans de pertes

 |   |  520  mots
Le résultat net y compris les parts des minoritaires est redevenu positif de 1,7 million. Le bénéfice d'exploitation a grimpé de 78,1% à 90,5 millions d'euros. Les parcs à thèmes ont enregistré une fréquentation record, avec 15,3 millions de visiteurs.

Après six années de pertes, la société de parcs de loisirs Euro Disney a quasiment équilibré ses comptes pendant son exercice 2007/08 clos fin septembre et a enregistré une hausse de 9% de son chiffre d'affaires à 1,33 milliard d'euros.  "Euro Disney résiste bien à la morosité économique. Mais nous restons vigilants, car tout dépendra de l'ampleur de la crise et nous ne sommes pas immunisés", a commenté à l'Agence France Presse (AFP) le président d'Euro Disney, Philippe Gas. (Retrouvez le communiqué d'Euro Disney sur son exercice).


La perte nette part du groupe a été réduite à 2,8 millions d'euros, contre 38,4 millions d'euros un an auparavant. Si l'on intègre les parts des minoritaires, le résultat net devient positif à hauteur de 1,7 million d'euros, contre une perte de 41,6 millions d'euros pendant l'exercice 2006/2007. "Ce retour à la rentabilité est dû à l'accroissement de notre activité depuis trois ans et à une bonne gestion des coûts. Notre objectif est de continuer à améliorer notre performance", commente. Philippe Gas qui a pris en septembre la succession de Karl Holz.
 

Les parcs à thèmes ont enregistré une fréquentation record, avec 15,3 millions de visiteurs, soit 800.000 de plus qu'un an auparavant. La dépense moyenne par visiteur a augmenté de 3% à 46,3 euros. Autre record, celui du taux d'occupation des hôtels, qui s'élève à 90,9%, contre 89,3% il y a un an. La dépense moyenne par chambre a progressé de 7% à 211,4 euros.

 


Signe d'une amélioration de la rentabilité, le bénéfice d'exploitation a grimpé de 78,1% à 90,5 millions d'euros.


Pour le premier trimestre de l'exercice 2008/2009 (octobre à décembre), Philippe Gas table sur une "activité stable ou en légère augmentation". Les réservations pour la saison de Noël sont "en hausse", ajoute ce dernier. "En temps de crise", le parc d'attractions Disneyland Paris, situé à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), est "une bonne alternative aux voyages lointains", car "c'est une destination de courte durée facilement accessible pour les Européens", a-t-il plaidé.


Les visiteurs français, qui représentent 44% de la clientèle, ont vu leur nombre augmenter de 3%. Le nombre des visiteurs en provenance d'Italie et des Pays-Bas s'est accru de 15%. La fréquentation des Espagnols (+6% sur l'année) a cependant ralenti cet été, tout comme celle des Britanniques (+5%). "Notre objectif est d'attirer davantage de visiteurs de Russie ou du Moyen-Orient, qui sont moins affectés par la dégradation du pouvoir d'achat, et aussi de Pologne", pays où Disneyland Paris fait de plus en plus d'adeptes, explique encore le PDG d'Euro Disney.  Le chiffre d'affaires annuel généré par les activités touristiques est en hausse de 7,4% à 1,28 milliard d'euros. Quant aux recettes dues aux activités de développement immobilier, elles ont plus que doublé à 41 millions d'euros.


Interrogé sur le nouveau grand projet touristique Villages Nature, visant à créer en 2010 à proximité du parc un complexe de résidences de tourisme avec le groupe Pierre et Vacances, Philippe  Gas a indiqué qu'"aucune décision n'interviendra avant quatre ou six mois". La lettre d'intention signée en février 2007 par l'Etat et les entreprises concernées avait prévu une décision de lancement du projet fin 2008.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je serais très intéressé de connaitre les diverses rétrocessions payées au groupe Dysney en rappellant que Euro Dysney n'a pu rembourser les banques françaises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :