Le relèvement de la taxe de séjour est repoussé à 2015 in extremis

 |   |  267  mots
La commission des Finances de l'Assemblée avait déjà réaménagé jeudi dernier la hausse controversée du plafond de la taxe de séjour pour les hôtels.
La commission des Finances de l'Assemblée avait déjà réaménagé jeudi dernier la hausse controversée du plafond de la taxe de séjour pour les hôtels. (Crédits : reuters.com)
La hausse de la taxe pour les hôtels sera absente du "collectif" budgétaire en cours d'examen par le Parlement mais pourra figurer dans le projet de loi de finances pour 2015 qui sera débattu à l'automne.

C'est l'Assemblée nationale qui a imposé ce délai de justesse mardi soir. Les députés ont renoncé pour cette année à l'augmentation du plafond de la taxe de séjour à 8 euros, contre 1,50 euro actuellement. 

Un premier veto ministériel

L'amendement gouvernemental de suppression de la hausse du plafond de la taxe de séjour a ainsi été adopté par 33 voix contre 28. Mais l'Assemblée, devra encore se prononcer mercredi après-midi sur la hausse à deux euros de la taxe de séjour en Ile-de-France, que le gouvernement propose également de supprimer.

Les mesures sur la taxe de séjour avaient été adoptées le 25 juin sur proposition de députés socialistes, en particulier d'Ile-de-France, sans que le gouvernement ne s'y oppose. Mais elles avaient ensuite suscité la vive opposition du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en charge du tourisme, qui relayait les inquiétudes des professionnels du secteur.

Concertation "apaisée"

Repousser toute réforme à 2015 "permettra de conduire dans des conditions apaisées une concertation avec les professionnels, qui ne sont pas opposés au principe d'une modernisation de ces taxes, et d'en expertiser précisément l'impact en particulier du point de vue de l'attractivité du territoire français", a argumenté le secrétaire d'Etat, qui a rencontré plus d'échos du côté de l'opposition.

La commission des Finances de l'Assemblée avait déjà réaménagé jeudi dernier la hausse controversée du plafond de la taxe de séjour pour les hôtels en réduisant de sept à trois le nombre de catégories d'hébergement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2014 à 19:55 :
Comment faire pire en matière de destruction de toute initiative en matière économique ??
Les socialistes ont trouvé :
Augmenter une taxe de 500%, ça n'était pas suffisant !
Alors le gouvernement fait pire : augmenter une taxe de 500%, annuler cette augmentation une fois que l'effet dévastateur est lancé, puis menacer de remettre cette augmentation en place l'année prochaine, histoire que rien ne se fasse d'ici là !!
...vivement 2017 !
a écrit le 16/07/2014 à 13:16 :
Trop tard, compte tenu de l'augmentation de la taxe, nous avions prévu de visiter sur plusieurs jours Toulouse et bien nous avons retenu un hôtel en Espagne, à Barcelone. Pauvre France.
a écrit le 16/07/2014 à 10:25 :
en contre parti nous avons presente une dexindexation des retraites du prive de 4,78 %,decision par decret ,
Réponse de le 16/07/2014 à 15:31 :
Où l'on voit que "réformer les impôts" signifie, pour les socialistes, en faire payer toujours plus à ceux qui ne votent pas pour eux...
a écrit le 16/07/2014 à 9:55 :
visiblement beaucoup ne voyage peut ....Rome....taxe + en moyen 20eu sur un séjour pas pour cela que les touriste afflue pas !
Réponse de le 16/07/2014 à 19:57 :
Visiblement, vous ne connaissez rien à l'effet psychologique d'une augmentation de 500% d'une taxe !!
Le pays est déjà réputé comme étant le plus taxé d'Europe, on a jamais attiré les abeilles avec du vinaigre !
a écrit le 16/07/2014 à 9:51 :
volonté "associaliste" .... tuer tous les secteurs économiques ..... c'est incroyable ... ça va être le désert !
a écrit le 16/07/2014 à 9:41 :
et faire quelque chose pour le cumul des mandats, toujours 2017 ou aux calendes grecques??? !!!!
a écrit le 16/07/2014 à 9:40 :
cette histoire de taxe est un non sens économique !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :