La Catalogne serre la vis contre Airbnb

 |   |  292  mots
Les propriétaires qui loueront temporairement leur résidence par le biais de site Internet type Airbnb devront verser 0,65 euro par nuit pour les logements situés à Barcelone.
Les propriétaires qui loueront temporairement leur résidence par le biais de site Internet type Airbnb devront verser 0,65 euro par nuit pour les logements situés à Barcelone. (Crédits : DR)
Les particuliers qui louent des chambres à travers des sites internet comme Airbnb ne pourront le faire que pour un temps ainsi qu'un nombre de chambres limités et devront s'acquitter d'une taxe, a annoncé le gouvernement régional.

La Catalogne sévit une nouvelle fois contre Airbnb. Après avoir infligé une amende de 30.000 euros à la startup californienne, le gouvernement régional a pris de nouvelle mesures, mardi 14 juillet, pour limiter l'influence des sites internet de location type Airbnb:

  • Les propriétaires qui loueront temporairement leur résidence par le biais de sites comme Airbnb devront verser 0,65 euro par nuit pour les logements situés à Barcelone, ville qui accueille quelque 27 millions de touristes par an, et 0,45 euro pour ceux situés hors de la ville.
  • De plus, la location sera limitée à deux chambres au maximum et à quatre mois par an.

Pour les propriétaires, un enregistrement sur un registre officiel était déjà obligatoire.

"Ordonner et réglementer l'offre d'hébergement touristique"

Cette décision, annoncée mardi 14 juillet dans un communiqué, doit permettre "d'ordonner et de réglementer l'offre d'hébergement touristique" dans cette région du Nord-Est de l'Espagne, l'une des plus touristiques du troisième pays le plus visité au monde. Désormais.

Selon une étude réalisée par l'organisation professionnelle des hôteliers espagnols, l'offre pour les locations touristiques entre particuliers a dépassé en 2014 celle des hôtels et des autres types d'hébergements traditionnels. La seule ville de Barcelone concentrerait à elle seule plus de 137.000 lits sur les plateformes collaboratives, soit presque le double de l'offre conventionnelle.

Mais ce n'est pas pour autant que les hôteliers peuvent crier victoire. Récemment la nouvelle maire de Barcelone, Ada Colau, ex-militante anti-expulsions, a annoncé le gel pour un an de l'attribution de nouvelles licences hôtelières afin d'éviter la saturation touristique dans les quartiers les plus fréquentés, laquelle génère un mécontentement croissant chez les habitants.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :