Pour gagner plus, Airbnb doit tout miser sur son moteur de recherche

 |  | 596 mots
Lecture 3 min.
Une location avec une bonne photo a de plus grande chance d'être bien référencée sur Airbnb. Mais si le logement vous séduit, encore faut-il que son propriétaire vous réponde rapidement.
Une location avec une bonne photo a de plus grande chance d'être bien référencée sur Airbnb. Mais si le logement vous séduit, encore faut-il que son propriétaire vous réponde rapidement. (Crédits : AirBnb)
La startup développe des systèmes de recherche personnalisée, grâce à la collecte des données de ses utilisateurs. Le but ? Satisfaire les demandes plus rapidement, et s'imposer face à la concurrence...

Les vacances ont commencé pour certains, mais pour les autres, les réservations ne sont pas encore finies. Si vous recherchez un hébergement en ligne, vous connaissez les difficultés pour trouver celui qui vous correspond. Bien souvent, le premier moteur de recherche reste Google, loin devant la plateforme de mise en relation entre locataires saisonniers et propriétaires de logements, Airbnb. C'est pourquoi la startup souhaite améliorer son moteur de recherche, à grand renfort de données utilisateurs.

Manque de fiabilité de l'offre

Car le nouveau géant du tourisme, valorisé à 25 milliards de dollars, est confronté à un challenge d'un nouveau genre. Contrairement à ses voisins de la Silicon Valley, la startup ne fonctionne qu'avec la bonne volonté de ses utilisateurs, la plupart non professionnels, et soumis à leurs propres contraintes : en effet, certaines personnes ne sont pas accros à leurs boites mails, d'autres peuvent réaliser des travaux chez eux, ou d'autres encore peuvent ne pas avoir envie de louer leur logement pour une nuit seulement. Tous ces profils réagissent donc de la même façon ou presque : ils tardent à donner une réponse, voire n'en donnent pas du tout, ce qui peut rapidement agacer l'utilisateur souhaitant réserver ses vacances, et l'encourager à aller voir ailleurs.

Airbnb doit donc rapidement trouver une solution pour se donner les moyens de devenir le leader des vacances en ligne. Une des pistes proposées consiste à récupérer les données des utilisateurs pour prévoir les exigences de ceux-ci et arriver à rendre la recherche de logement rapide, mais surtout personnalisée :

"Il faut toujours faire correspondre l'offre à la demande, et dans notre cas la demande est très particulière : c'est leur propre logement que les hôtes mettent en location, il s'agit donc de trouver le locataire parfait pour l'hébergeant, ce qui est un problème assez complexe" explique le PDG d'Airbnb Mike Curtis au magazine Wired.

Les donnés utilisateurs des indicateurs précieux

Pour faire face à ce challenge, la société récolte les données de ses clients, pour conserver leurs préférences. À chaque fois qu'un utilisateur recherche un hébergement, un modèle type permet de trouver l'hôte le plus susceptible d'accepter la réservation selon plusieurs critères : la durée du séjour, le précédent logement de l'invité et la précédente réservation de l'hôte font partie des modalités prises en compte.

Afin d'améliorer la recherche pour ses utilisateurs, la startup envisage un nouveau système qui collecterait les préférences des hôtes. Par exemple, connaître ceux qui acceptent les réservations de dernières minute, permet de proposer des hébergements spécifiques aux utilisateurs qui veulent réserver au plus vite, et ainsi ne pas les laisser aller vers d'autres sites concurrents comme HotelTonight.


Google, un concurrent de poids

Pour toujours plus de personnalisation, la société veut comprendre les préférences des utilisateurs suivant les filtres qu'ils ont sélectionné. Par exemple si un invité accède à Airbnb via son partenariat avec Concour, un système de gestion des voyages d'affaire, l'utilisateur est un businessman qui demande au minimum l'accès à une machine à laver sur place et au wifi.

Si les préférences des hôtes sont bien renseignées, le PDG l'admet, les modèles de prédiction du comportement des invités sont encore limités. Un nouveau terrain à explorer dans les années à venir, pour pouvoir conserver sa clientèle. Mais à ce jeu, Google risque d'être difficile à égaler.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2015 à 10:24 :
Pour pratiquer depuis de nombreuses années dans toute l'Europe, je peux dire que l'un des problèmes essentiels réside dans ce que chaque personne entend par "luxueux", "excellent", "confortable". Certes il y a la Wifi mais le débit est nul. Certes il y a 4 lits mais ils sont défoncés. Certes il y a une douche mais l'eau est coupée 2 heures chaque jour etc etc
Les locations en ligne se contentent d'énumérer. Il n'y a aucune garantie qualitative. De plus, il n'y a pas de recours. Une fois sur place, soit vous acceptez, soit vous vous retrouvez à chercher autre chose dans l'urgence et vous gâchez votre séjour.
Il est nécessaire que des inspecteurs contrôlent les locations afin de garantir le qualitatif mais là encore, il faut des moyens, les mêmes critères et des inspecteurs honnêtes. Un bon travail pour les inspecteurs du guide Michelin....
a écrit le 12/07/2015 à 13:03 :
La concurrence est rude sur les sites de location (Airbnb, Abritel, Homelidays...) et mieux vaut savoir comment se démarquer. J'ai découvert un site de conseils Solidairbnb assez efficace. Au-delà de Airbnb, c'est vrai qu'il y a des techniques pour répondre aux attentes des locataires et louer plus souvent.
a écrit le 07/07/2015 à 10:24 :
airbob c'est comme uberpop ca peut faire pschitt...
a écrit le 06/07/2015 à 20:09 :
Airbnb se professionnalise, mais face à une offre de logement qui progresse plus vite que la demande, les voyageurs en attendent toujours plus (draps et serviettes, produits de bains, questions toutes les 2 heures... ) . C'est le créneau de nouvelles société à succès comme Luckeyhomes à Paris qui vendent leur "expertise airbnb" pour obtenir le graal des 5 étoiles et doper la rentabilité des propriétaires
a écrit le 06/07/2015 à 19:17 :
Et la collecte des infos est le noeud du problème, car on connaît une partie de l'utilisation de ces infos (revente), mais on ne sait pas vraiment quelle en sera l'utilisation finale ?? Bon, je sais, Goebbels disait quelque chose comme "si t'as rien à te reprocher..." et on connaît aussi la suite de l'histoire :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :