La crise va-t-elle impacter le tourisme en Grèce ?

 |   |  579  mots
Selon la Confédération du tourisme grec, les réservations de dernière minute ont diminué de 30% depuis l'annonce du référendum.
Selon la Confédération du tourisme grec, les réservations de dernière minute ont diminué de 30% depuis l'annonce du référendum. (Crédits : Reuters Christian Hartmann)
Un sondage réalisé par GoEuro, un comparateur de prix des transports en ligne, révèle que la situation de crise en Grèce pourrait avoir un impact sur le tourisme. Officiellement, le pays envisageait d’atteindre 25 millions de touristes cette année, dont 22,5 millions sur l’année et 2,5 millions de croisiéristes. Des prévisions désormais révisées à la baisse.

Le tourisme, moteur de l'économie grecque (il pèse 15 à 20% du PIB grec), va t-il être impacté par la situation économique ? Car, si les mesures de restrictions bancaires ne concernent pas les touristes, ils sont relativement nombreux à se sentir impactés par la situation de crise actuelle, comme le révèle un sondage de GoEuro.fr.

Un objectif de fréquentation revu à la baisse

Si la Grèce envisageait, il y a quelques semaines encore, d'atteindre 25 millions de touristes en 2015, (dont 22,5 millions sur l'année et 2,5 millions de croisiéristes), elle semble avoir revu ses ambitions à la baisse. Il y a quelques jours, Andreas Andreadis, le président de la confédération du secteur du tourisme SETE, confiait à La Tribune avoir renoncé à un tel objectif :

« En début d'année, nous espérions pouvoir dépasser le record de l'an passé avec 24 millions de visiteurs et des recettes de 40 milliards d'euros ».

Il expliquait notamment que les résultats ont commencé à diminuer en mai :

« Les recettes de mai sont en recul par rapport à l'an passé, et nous nous attendons à une stagnation en juin. Du coup, l'augmentation d'un milliard d'euros des recettes cette année semble inatteignable ».

Mercredi 8 juillet, la Confédération du tourisme grec a par ailleurs indiqué que les réservations de dernière minute ont diminué de 30% depuis l'annonce du référendum alors qu'elles représentent 20% du total des réservations.

Touristes inquiets en Europe du Nord

Cette situation se confirme dans le sondage réalisé par GoEuro.fr qui met en avant les inquiétudes des touristes. Parmi les 22.500 Européens interrogés, les pays de l'Europe du Nord sont très nombreux à confier leur perception négative de la Grèce. Ainsi, 72,6% des Belges, 69,4% des Néerlandais, ou encore 72% des Allemands confessent que la situation politico-économique a un impact sur leur vision du pays. La conséquence, c'est que les touristes du Nord de l'Europe seront certainement moins présents en Grèce cet été.

L'étude rapporte que les Français sont 61,8% à dire que la crise a des conséquences sur leur perception du pays. Parmi les sondés "qui sont déjà partis en Grèce", ils sont 43,9% à dire que la situation n'affectera pas leur projet de voyage. Et 48,3% indiquent néanmoins que leur voyage est remis en cause. Et quand ils ne connaissent pas le pays, les touristes dans l'Hexagone sont extrêmement frileux : seuls 2,1% des sondés assurent que leur projet de voyage sera maintenu dans ce contexte.

Les pays du sud, indifférents à la situation

En revanche, l'étude révèle que les pays du sud de l'Europe sont moins impactés par la situation. 93,4% des Espagnols interrogés ne se sentent pas affectés par la crise économique. Suivent ensuite les Italiens (91,1% des sondés), puis les Portugais (85,5%). Pour ces derniers, il n'est pas question de renoncer à leur projet de vacances à cause du contexte. Ainsi 79,5% d'entre eux assurent maintenir leur projet, contre 39,1% chez les Allemands.

En 2014, la Grèce a enregistré une hausse de 23% du nombre de visiteurs étrangers. D'après les données fournies par le service des statistiques grecques (ELSTAT), 22 millions de touristes se sont rendus en terre hellénique l'année dernière, contre près de 18 millions en 2013.

Ce sondage a été réalisé par GoEuro auprès de 22.500 Européens en Angleterre, Allemagne, France, Pays-Bas, Belgique, Pologne, Espagne, Italie et Portugal. 2500 personnes ont été interrogées dans chaque pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2015 à 14:30 :
L'année 2014 était une année exceptionnelle : deuxième record battu après le succès de 2013.
Le succès ne peut pas être à chaque fois au rendez-vous et la crise bancaire n'est pas vraiment un obstacle pour les vacanciers. En tout cas là où je suis il n'y a pas de cohue vers les guichets .... 3 - 4 personnes comme on voit d'habitude.
a écrit le 10/07/2015 à 10:12 :
Les vacanciers qui ont acheté leurs voyages a long terme (en hiver dernier) ne peuvent pas annuler mais ceux qui décident au dernier moment font un détour autour de la Grèrce. Les ventes de tickets d avion vers la Grece est actuellement en chute libre !
De meme que le demande de la part des Grecs eux meme a fortement reculé ....
Le risque est incalculable ...
a écrit le 10/07/2015 à 0:03 :
Les grecs ne partent pas en vacances cette année .Les Grecs sont comme les Français ils passent normalement leurs vacances dans leur propre pays ,cette année ils restent à la maison.
a écrit le 09/07/2015 à 21:45 :
Il faut arrêter de raconter des salades. Je viens d'arriver en Grèce, les bars et les restos sont pleins a craquer et pas de problème pour payer avec la carte visa. De même devant les distributeurs je n'ai vu personne ! Si c'est ça la crise, alors vive la crise!!
a écrit le 09/07/2015 à 20:40 :
La saison est déjà mauvaise. Je parlais vers 14 heures à un restaurateur qui me disait que d'habitude,il fait le plein en cette saison, et là il avait quasiment personne. La patronne d'un hôtel me disait elle que c'était pas le grand soir et que le fait de ne pas pouvoir tirer de l'argent frais à la banque lui créait des problems de réappro (tous les forunisseurs grecs veulent du liquide, mais elle est majoritairement payee par carte de crédit et la banque est fermée). Bon, les Grecs ont choisi, il faut donc qu'ils assument leur choix et en paient les conséquences :-) Je suis quand même curieux de savoir quelle sera la prochaine pirouette du prophète Tsipras parce qu'il faut reconnaître que c'est un beau parleur :-)
a écrit le 09/07/2015 à 18:30 :
@CORSO
c'est vous qui êtes nauséabond avec vos propos malveillants et désinformants, il y a bien plus de sécurité en Grèce qu'en France .....
a écrit le 09/07/2015 à 16:35 :
Il y a aussi la célèbre enquête e 2002, juste avant les élections présidentielles : TF1 et FRANCE 2 vont-elles faire parvenir Le Pen au second tour, avec des reportages genre "peur sur la ville" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :