Uber s'inflige un mauvais départ en Bourse

 |   |  345  mots
(Crédits : ANDREW KELLY)
La plus grande introduction en Bourse de l'année à New York se fait dans la douleur. Le titre Uber perd près de 6% dans les premiers échanges alors que la direction avait décidé de fixer son prix d'entrée dans le bas de la fourchette.

La Bourse de New York a fraîchement accueilli la première cotation de Uber ce vendredi 10 mai. La plateforme VTC, la première du monde, avait pourtant fixé dans le bas de sa fourchette le prix de son introduction en Bourse, c'est-à-dire 45 euros. La fourchette allait jusqu'à 50 dollars. Sauf que l'action a dévissé dès les premiers échanges pour se placer autour de 42 dollars, soit une baisse d'environ 7%.

L'entrée en Bourse d'Uber était très attendue car étant la plus importante de l'année à Wall Street. Il y a quelques mois, la direction espérait valoriser l'entreprise autour de 100 milliards de dollars. Quelques minutes après le tintement de la cloche de la Bourse de New York, la valeur d'Uber était déjà inférieure à 80 milliards de dollars.

Le titre Uber pourrait suivre la même sort que Lyft

Plusieurs signaux avaient pourtant mis en garde contre un tel scénario. D'abord, la forte chute de Lyft, son premier concurrent américain, entré en Bourse en mars dernier. En moins de deux mois, son titre a déjà été amputé du tiers de sa valeur, après avoir suivi une trajectoire dite de yo-yo.

Ainsi, le titre Uber pourrait suivre la même sort et devenir un titre volatil. L'entreprise est assis sur un secteur en pleine expansion mais qui est encore tributaire d'une série d'aléas réglementaires quant à la légalité de son activité, ou encore sur le statut des chauffeurs (indépendants ou salariés). En outre, le secteur est extrêmement concurrentiel, ce qui oblige Uber à pratiquer des prix très bas voire des politiques d'acquisitions clients très onéreuses. Pour l'heure, Uber affiche des résultats financiers dans le rouge et ses comptes ne cessent de se détériorer compte tenu du coût de l'acquisition client.

Les investisseurs et analystes de marché auront désormais tout le loisir d'approuver ou de sanctionner la stratégie commerciale d'Uber, à travers le cours de Bourse.

Lire aussi : Criblé d'incertitudes, Uber abaisse ses ambitions boursières

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2019 à 11:03 :
et voir certain annaliste prevoyer du 8900 pour cent en 24heures
ce qui ressemble a une escroquerie bien organise
ou la mafia de la finance fait les fond de tiroir avant le crache finale
a écrit le 11/05/2019 à 15:59 :
Dans la plaquette d'introduction, il est précisé que entreprise pourrait ne jamais être bénéficiaire mais ils ont quand même trouvé des milliers de pigeons pour investir au total 8.5 milliard dans ce machin.
a écrit le 11/05/2019 à 9:37 :
Une multinationale en toc car reposant seulement sur le dumping social et fiscal.
Réponse de le 11/05/2019 à 11:27 :
le titre risque d être... "uberisé"
Réponse de le 11/05/2019 à 11:51 :
Exactement !
Réponse de le 12/05/2019 à 12:14 :
:-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :