Les repreneurs d'Alitalia maintiennent leur offre

 |   |  216  mots
Le groupe de repreneurs transalpins a maintenu son offre sur la compagnie aérienne malgré le refus des syndicats de pilotes et de personnel navigant de signer l'accord social qui doit permettre le rachat.

Nouveau rebondissement dans le dossier Alitalia. Le projet de reprise par un groupe d'investisseurs italiens réunis sous le sigle CAI (compagnie aérienne italienne) est une nouvelle fois menacé.

Les syndicats de pilotes (Anpac, Up) et de personnel navigant d'Alitalia (SDL, Avia et Anpav) ont en effet refusé ce vendredi de signer un texte proposé par le gouvernement qui donnait des précisions en matière de contrats de travail et de sélection des effectifs. Ce document avait pourtant été signé par les quatre grandes confédérations syndicales transalpines CGIL, UIL, CISL et UGL.

Alors que tous les médias italiens avaient annoncé le retrait de la CAI, cette dernière a finalement décidé de présenter son offre définitive au gouvernement. Son offre préliminaire expirait ce vendredi. Mais ce blocage menace toujours le rachat d'Alitalia, dont le plan de relance prévoit 3.250 suppressions de postes.

La CAI a prévu de s'associer à une grande compagnie aérienne étrangère pour l'aider à exploiter Alitalia. Sont sur les rangs Air France - KLM qui regarde le dossier depuis longtemps et est donnée favorite, et l'allemand Lufthansa, déjà enagé sur un autre dossier, le rachat d'Austrian Airlines (face au russe S7) pour lequel Air France - KLM a été écarté.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :