Des investisseurs prévenus en avance du "profit warning" d'Air France-KLM

 |   |  660  mots
Le groupe a appelé des analystes dès vendredi dernier après la clôture, puis lundi, pour les prévenir que les pertes du troisième trimestre de l'exercice 2008/2009 seraient comprises de 200 millions d'euros. Soit un jour avant la publication d'un communiqué de presse sans données chiffrées. Selon nos informations Exane a rédigé une note lundi. Raymond James aussi. L'AMF suit l'affaire.

Des actionnaires d'Air France-KLM ont-ils eu la même information au même moment sur la santé financière du groupe ? Visiblement non. Et l?autorité des marchés financiers (AMF) suit le dossier. Mardi 20 janvier, à moins d'un mois de la publication des résultats trimestriels prévue le 13 février, le groupe a publié un communiqué de presse indiquant que "le résultat d'exploitation du troisième trimestre devrait être négatif" et que "l'exercice fiscal 2009-2009 (clos fin mars, ndlr) devrait rester positif". Un bel avertissement sur résultat (le groupe tablant jusqu'ici sur un "résultat d'exploitation nettement positif") qui a fait chuté le titre de 9,48% à 7,8 euros.


Mais l'action avait déjà fortement baissé la veille, lundi 19 janvier, sans aucune explication en apparence : -7,95%, dans un marché en baisse de 0,9%. En apparence seulement. Comme indiqué mercredi dans la Tribune, les analystes ont été prévenus individuellement lundi par la direction de la communication financière d'Air France-KLM que la perte d'exploitation devrait être comprise entre 200 et 220 millions d'euros. Certains l'ont été dès vendredi après la clôture. "Cette pratique est courante chez toutes les entreprises quand le consensus est trop éloigné", explique un analyste. Le consensus tablait sur une centaine de millions d'euros de bénéfice. Lundi, après avoir commencé la séance par une légère hausse, le cours d'Air France commence à s'écrouler vers 13 heures. "Nous avons appris qu'un concurrent avait rédigé une note interne que les traders ont reçu", explique le même analyste. Les traders ont ensuite prévenus leurs clients investisseurs.


Selon nos informations il s'agit d'Exane BNP Paribas. La Tribune s'est procurée une copie de cette note. Elle est sans équivoque. "Air France-KLM has been calling analysts to say that Q3 (troisième trimestre) earnings will be sharply lower (EBIT loss EUR200-220 m in Q3)... ". L'AFP révèle aujourd'hui qu'un autre courtier, Raymond James a aussi émis une note lundi matin. De fait, au regard de l'ampleur du profit warning, plusieurs gros investisseurs ont essayé de recouper l'information avec d'autres analystes. Ceux-ci ont confirmé et ont appelé les clients qui n'étaient pas au courant. Bien avant d'autres ont pu également prévenir leurs clients par téléphone.


Reste un mystère. Le communiqué de presse publié mardi matin par Air France était-il prévu? Ou a-t-il était bricolé à la va vite après des fuites dans la presse et la chute du cours lundi. Celles-ci émanent de Bloomberg dès lundi soir. A 19h23, l'agence de presse a dévoilé qu'Air France-KLM a contacté individuellement les analystes pour leur indiquer que les pertes d'exploitation devraient être comprises entre 200 et 220 millions d'euros. Devant la polémique qui commence à enfler, Air France-KLM a, hier mercredi après la clôture de Bourse, publié un communiqué de presse précisant s'attendre à une perte de 200 millions d'euros au troisième trimestre. De quoi ajouter au trouble qui tourne sa communication financière. Et attirer sur l?attention de l?AMF, le gendarme de la Bourse. Jeudi matin, le président de l?autorité des marchés financiers, Jean-Pierre Jouyet a déclaré qu?il « suivait l?affaire ».



KLM: Des actionnaires néerlandais devant la justice


Le groupe d'investisseurs VEB a l'intention de poursuivre KLM, filiale d'Air France-KLM concernant le montant du dividende qu'il juge trop faible."Depuis 2004, KLM verse à ses actionnaires une part de ses bénéfices beaucoup plus faible que ces résultats opérationnels ne le justifient", dit VEB, qui représente des investisseurs, dans un communiqué. Ce recours, précise VEB, concerne les investisseurs qui n'ont pas accepté l'offre de rachat d'Air France en 2004 mais qui sont restés actionnaires de KLM. Selon VEB, KLM a versé un dividende de 0,58 euro par action pour 2007-2008, ce qui représente 9% des bénéfices, alors que les autres compagnies aériennes ont reversé en moyenne 50% de leurs bénéfices.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
BNP PARIBAS ! dans TOUS les bons coups ! Les autres banques aussi, l'avenir nous le dira !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'article ne mentionne pas le mot "délit d'initié"
Pourtant, une fuite d'information financière de ce type correspond tout à fait à ce genre de cas.

Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce qui fait du cas Air France KLM une simple fuite d'information avant l'heure et non un délit d'initié ??

PS : ce genre de pratique semble être de mise dans le domaine de l'aéronautique : rappelez vous du cas EADS...

Enfin... n'importe comment, les compagnies aériennes sont en sursis, la crise financière ne devrait pas tarder à leur mettre un bon coup de plomb dans l'aile : allez Ciao les gars, revenez quand vous respecterez un peu plus la planète. Bizou
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
PARTICIPATIONS CROISEES !!!!! petits porteurs, vous serez toujours les DINDONS des farces.... RETIREZ VOS SOUS DE LA BOURSE, vos banquiers sont des tricheurs menteurs
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
exane est adepte des coups tordus, bonus-intéressements illégaux, c'est assez connu sur la place ... si les analystes intérogés pensent que c'est normal .. en fait depuis la bulle internet, tout cela est sévérement puni (prison?), il devrait revoir leurs règles de déontologie
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en fait, c'est pire qu'un délit d'initié puisqu'un analyste financier est *toujours* un initié potentiel et que son métier est d'informer les marchés. les régles déontologiques sont hyper strictes depuis la bulle internet.
tous les régulateurs mondiaux imposent d'annoncer publiquement les profit warning. si information privélégié est donnée à un analyste, il a obligation de la garder confidentielle.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les gens parlent sans savoir. Avant d'accuser les courtiers demandez vous si la société a bien respecté ses propres rêgles de com fi. Au passage, le train est plus polluant que l'avion si l'on prend en compte l'installation des rails nécessaire à la circulation... une fois de plus les gens parlent sans savoir
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est bien certain que le "punter" à la Bourse de Paris (ou d'ailleurs) est moins protégé qu'au PMU ou que chez le premier bookie britannique venu.... Que des Madoff & C° puissent durablement prospérer sur les marchés financiers ne peut donc surprendre que les naïfs.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce qui est ennuyeux, c'est l'hypocrisie des réglemenations financières *vendue* à l'opinion publique Elles sont de compléxité croissante basées sur le mythe de l'autorégulation et on constate avec Madoff qu'on revient en 1920, avec ce cas en 2001 ... donc ces réglementations ne servent à rien .. puisque elles ne servent pas à réguler des scénarios qui ont déjà eu lieu. Leur fonction : la formation de bulles par la stabilité qu'elles ont la prétention d'assurer.
effectivement, les banquiers sont des tricheurs et ont toujours été des tricheurs mais ce qui est nouveau, c'est qu'ils mentent/s'aveuglent toujours un peu plus avec une loi fantome. De plus, Ils ont accès à des outils surpuissants (création de liquidité, réseaux informatiqes, paradis fiscaux) UNIQUES DANS L'HISTOIRE. On finit par penser que la loi n'a pour seule fonction de rassurer les citoyens en capitalisant sur leur naïveté et l'aveuglement idéologique des "décideurs". On n'est pas loin de l'illusion totalitaire du meilleur des mondes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :