Veolia négocie la vente de son fret ferroviaire à Eurotunnel et la SNCF

 |   |  248  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Des filiales des deux sociétés ont déposé une offre commune de rachat pour Veolia Cargo. Des négociations exclusives ont commencé. L'accord pourrait être conclu avant la fin de l'année.

Veolia, qui mène un plan de cession pour se désendetter, a annoncé ce vendredi être en discussions exclusives avec Transport et Logistique Partenaires, filiale de la SNCF, et Europorte 2, filiale d'Eurotunnel, pour la vente de Véolia Cargo, spécialiste du fret ferroviaire.

Le 24 juillet dernier, les deux sociétés avaient fait une offre ferme de reprise conjointe. Europorte 2 ferait acquisition des activités de Veolia Cargo en France, tandis que Transport et Logistiques Partenaires rachèterait les activités du groupe en Italie, Allemagne et Benelux.

Veolia a indiqué vouloir "examiner cette offre avec attention". D'après le numéro un mondial des services à l'environnement, si cette offre est retenue, "et après consultation des instances représentatives du personnel et approbation des autorités réglementaires compétentes", elle pourrait être réalisée avant la fin de l'année 2009.

Cette opération entrerait dans le cadre du plan de cession lancé par Veolia environnement en mai dernier. Le groupe cherche à céder près d'un milliard d'euros d'actif cette année, et trois milliards entre 2009 et 2011. Si le rachat de Veolia Cargo se finalisait, cela lui permettrait de réduire sa dette nette de 95 millions d'euros. Pour l'heure, celle-ci s'élève à 16.8 milliards d'euros.

Veolia annonce par ailleurs l'ouverture de négociations privilégiées avec la Caisse des dépôts, maison mère de Transdev, en vue d'un rapprochement de leurs filiales spécialisées dans le transport de voyageurs.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a quelque chose d'indécent dans cette histoire.
Rien à dire sur VEOLIA qui met en vente une partie de son actif pour se désendetter. Par contre, peut-on admettre qu'une société publique déjà très lourdement endettée ( SNCF ) s'endette encore plus au motif que l'affaire semble bonne pour se positionner sur un marché du fret ferroviaire porteur. Porteur pour qui ? Alors qu'elle se trouve en totale incapacité de régler son problème sur son marché historique.
Le gigantesque gâchis du fret ferroviaire national jusque là cantonné sur notre territoire a de grande chance de s'étendre en Europe. On se s'attaque pas à des marchés extérieurs quand on ne maîtrise pas le sien.
Ayons le courage d'organiser l'arrêt total du fret ferroviaire sous couveert de la SNCF et confions le au domaine professionnel privé, les quelques euros que la SNCF en tirera serviront eux au moins à la désendetter et au fret enfin les moyens de fonctionner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :