Air France : les pilotes d'accord pour négocier le plan anti-low-cost

 |   |  181  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le SNPL a obtenu le mandat pour négocier un projet qui vise à augmenter leur productivité de 25%.

Le syndicat majoritaire des pilotes de lignes d'Air France, le puissant SNPL, peut désormais entrer en négociations officielles avec la direction pour négocier le projet dit "Bases provinces". Il s'agit d'un projet de reconquête face aux compagnies à bas coûts.

Le SNPL avait sollicité le feu vert des pilotes pour pouvoir entrer en négociations. 77% des 1213 pilotes ayant répondu à la consultation (soit un gros tiers) se sont prononcés en faveur des négociations. Les résultats sont tombés ce week-end.

Pour autant les négociations s'annoncent très serrées. Car les pilotes n'accepteront pas une amélioration de 25% de leur productivité comme le souhaite la direction sans obtenir de sérieuses contreparties. D'autant que le SNPL a décidé de soumettre le fruit de la négociation à référendum. Non pas à l'ensemble des pilotes de la compagnie comme ce fut le cas pour la consultation, mais aux membres du SNPL. Ce syndicat pèse plus de 70% des voix.

Air France entend créer des bases opérationnelles à Marseille, Nice, Toulouse et Bordeaux.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2011 à 13:42 :
Je suis curieux de voir ce que l'offre d'Air France va donner sur le créneau du vol à bas prix intérieur. Quand on voit la (faible) qualité de l'offre low-cost, il y a clairement de la marge.

D'autant que pouvoir avoir des horaires fiables, un environnement calme et des prix qui ne mentent pas (c'est à dire sans une liste interminables de pénalités pour la moindre chose comme le fait Ryanair), ce ne serait pas plus mal.
a écrit le 22/03/2011 à 12:56 :
Honnetement si air france propose un service "low cost" pour les trajet court, je suis preneur. Pour 1h de vol je n'ai pas besoin d'une collation ou d'une boisson. De même que si pour ces trajets court, il pouvait y avoir des prix poour ceux qui voyagent léger. Pour pas mal de déplacements, pour un week end par exemple, je n'ai besoin que d'un bagage cabine mais je paye le même prix qu'avec un bagage soute. Même si les prix ne sont pas aussi bas que ryanair, je le prendrait car même 1h de vol avec des pubs et des promos dans les oreilles tout du long c'est particulièrement gonflant.
a écrit le 22/03/2011 à 11:23 :
de toute manière, Air France est quasiment condamné a fermer ses lignes tant que Ryanair sera subventionné comme elle l'est actuel ment. Aux subventions si vous ajoutez le fait que Ryanair est basé dans un paradis fiscal et que la compagnie irlandaise ne touche cotise quasiment pas pour ses salariés, la concurrence est déloyale
Réponse de le 22/03/2011 à 12:39 :
Tout à fait d'accord avec votre commentaire Laurent.
Si seulement tous les aéroports suivaient la demarche des CCI de Pau et Angoulème !
Réponse de le 22/03/2011 à 12:40 :
Exact
Merci à l Europe des technocrates
Réponse de le 22/03/2011 à 17:02 :
A marc:
Que vient faire "l'Europe des technocrates" là-dedans? Jusqu'à preuve du contraire, ce sont les chambres de commerce qui subventionnent RyanAir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :