Veolia conditionne la reprise de la SNCM à son désengagement de Veolia Transdev

 |  | 401 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Veolia reprendra les 66% que détient sa filiale à 50% Veolia Transdev dans la SNCM s'il parvient à se désengager de Veolia Transdev. Ce désengagement passera par une augmentation de capital de Veolia Transdev.

Si Veolia parvient à se désengager du groupe de transport collectif Veolia Transdev, il reprendra à ce dernier sa participation de 66% dans la SNCM. Ce projet évoqué au printemps dernier pour faciliter la vente de sa participation de 50% dans Veolia-Transdev à "un investisseur financier spécialisé dans les infrastructures", reste d'actualité malgré l'échec de l'opération de cession en raison du refus la Caisse des Dépôts, l'autre actionnaire de Veolia Transdev. « Le projet de faire passer la participation dans la SNCM de Veolia Transdev à Veolia est lié à un accord sur le désengagement de Veolia de son activité Transports (Veolia Transdev, ndlr) », a indiqué ce jeudi le PDG de Veolia Antoine Frérot.

Augmentation de capital

"Nous sommes donc en discussions actives avec la Caisse pour élaborer une solution alternative qui permettrait à Veolia de récupérer la plus grande partie de l'investissement qu'elle a effectué dans le transport le plus rapidement possible", a-t-il ajouté. Ce désengagement doit se faire via une augmentation de capital -à laquelle souscrira la Caisse des Dépôts pour prendre le contrôle de Veolia Transdev-, dont le montant n'a pas encore été décidé. "Notre objectif est de nous diluer à un niveau acceptable d'augmentation de capital nécessaire au renforcement du bilan de Veolia Transdev et de récupérer à cette occasion le solde de nos concours financiers", a expliqué Antoine Frérot. Ce dernier ne se risque pas à donner un calendrier. "Je ne peux pas vous dire si ça sera d'ici la fin de l'année", a-t-il dit. Et de préciser : " notre programme de désendettement de 5 milliards d'euros pour la période 2012-2013 court sur deux ans. Au bout de sept mois, nous avons déjà effectué 3 milliards d'euros et nous avons donc 18 mois pour faire au moins les 2 milliards supplémentaires et je suis très confiant pour que nous dépassions ce chiffre". Antoine Frérot espère que le dossier avancera à la rentrée.

Discussions avec l'Etat et les salariés

Et après ? Comment sortir de la SNCM, cette entreprise en difficulté. « Chaque chose en son temps », dit-on dans le groupe. « Il faudra qu'on discute avec l'Etat et les salariés », explique t-on. Au printemps, la direction avait tenté de céder sa participation à l'Etat, déjà actionnaire à hauteur de 25%, aux côtés des salariés (9%). . Mais le précédent gouvernement avait refusé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :