Comment Etihad organise Alitalia pour s'emparer du marché italien

 |   |  931  mots
(Crédits : reuters.com)
Le programme de vols d'Alitalia façon Etihad est très ambitieux. Il prévoit une augmentation des vols long-courriersau départ de Rome et de Milan, permettant aux passagers italiens d'éviter de transiter via les hubs européens, ainsi qu'un fort développement des lignes entre l'Italie et Abu Dhabi.

Prendre pied sur le marché italien. C'était le rêve qu'Air France a longtemps caressé en courtisant pendant des années Alitalia. Ce mariage que d'aucuns prédisaient inéluctable ne s'est jamais fait. Et c'est la compagnie du Golfe, Etihad Airways, qui va pouvoir mettre la main sur le quatrième marché long-courrier européen depuis que la compagnie italienne a accepté de se placer sous son aile, pour sauver sa peau. La compagnie d'Abu Dhabi a fait un chèque de 560 millions d'euros pour prendre 49% du capital d'Alitalia tandis que d'autres actionnaires ont versé 300 millions d'euros. L'accord comprenait également 598 millions d'euros de restructurations de dette de la compagnie transalpine ainsi que 300 millions de nouveaux prêts de banques italiennes. Objectif, revenir dans le vert en 2017.

Les ponts ne sont pas coupés

Comme on s'en doutait, la stratégie de l'actionnaire majoritaire ne sert pas les intérêts d'Air France-KLM, partenaire d'Alitalia à la fois sur les axes reliant Paris et Amsterdam à plusieurs villes italiennes, mais aussi dans le cadre de la joint-venture transatlantique avec Delta à laquelle appartient Alitalia. Ceci même si les ponts ne sont pas coupés entre Air France-KLM et Alitalia, la compagnie ayant indiqué sa volonté de maintenir les accords existants avec le groupe français.

Fort développement d'Alitalia sur le long-courrier

La compagnie italienne compte en effet ouvrir plusieurs lignes long-courriers au départ de Rome-Fiumicino (San Francisco, Mexico, Santiago du Chili, Pékin, Séoul, auxquelles s'ajoute un renforcement de fréquences sur New York, Chicago, Rio et Abu Dhabi), de Milan-Malpensa (Abu Dhabi, Shanghai et un renforcement sur Tokyo), tout en mettant également en place des vols vers le hub d'Etihad au départ de Venise, Bologne, et même de l'aéroport sicilien de Catane.

Résultat, Alitalia va relier une grosse partie du marché italien au hub d'Abu Dhabi d'où les voyageurs italiens pourront connecter sur les vols d'Etihad vers l'Inde, l'Asie du sud-est et l'Australie. Dans les faits, Lufthansa sera plus impactée qu'Air France-KLM, car la compagnie allemande est beaucoup plus implantée en Italie que sa rivale française. Il n'empêche, pour Air France-KLM, le développement vers l'est d'Alitalia retirera des passagers italiens qui transitaient par Paris ou Amsterdam. Par ailleurs, Alitalia envisagerait d'ouvrir une liaison Venise-Shanghai.

Un défi lancé à Air France sur l'Amérique du Nord?

Sur les vols transatlantiques, les nouvelles lignes annoncées surprennent. Car comme l'a répété ce mardi le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, lors de la présentation de ses voeux à la presse, Alitalia ne peut ouvrir de nouvelles lignes sans l'accord des autres membres de la joint-venture (JV) transatlantique. Pour lui, Alitalia veut conserver sa coopération avec Air France-KLM et rester dans la joint-venture.

"Dans le cadre des règles de la JV suivies par les quatre partenaires, tout développement du réseau transatlantique doit faire l'objet d'un consensus. Les projets d'Alitalia sur le développement de son réseau rentrant dans le périmètre de la JV sont soumis à ces règles. A ce stade, les partenaires travaillent sur le programme 2015", précise-t-on à Air France

Par ailleurs Alitalia veut faire de l'aéroport de Milan-Linate, un "hub" en lien avec ses compagnies partenaires en Europe, comme Air Berlin

 Alitalia va se doter d'une nouvelle identité visuelle, pour marquer le changement de culture au sein de la compagnie. Le nouveau directeur général d'Alitalia, Silvano Cassano, homme de confiance du PDG d'Etihad James Hogan avec lequel il a travaillé à Hertz, a expliqué le repositionnement du groupe en utilisant l'image d'un sablier.

Future compagnie haut de gamme

 "Il y a de la place dans le haut de gamme, il y a de la place dans le low cost, mais la position intermédiaire était très délicate", a-t-il fait valoir, en annonçant des investissements -- sans les chiffrer -- pour "donner un service 5 étoiles".

 Ce choix de la qualité passera par un réaménagement progressif des avions, qui devraient tous être équipés d'un service wifi, une amélioration des repas et boissons servis à bord, un effort important de formation et de motivation du personnel...

 "Alitalia a été, est et doit devenir toujours plus une grande ambassadrice de l'Italie dans le monde. De l'Italie technologique, de l'Italie de la qualité de vie, d'une Italie moderne", a insisté Luca di Montezemolo, président d'Alitalia, qui à 67 ans a joué un rôle dans presque toutes les entreprises importantes du pays.

Parallèlement, alors même que la restructuration exigée par Etihad a fait passer les effectifs de 12.800 à 11.000 salariés et prévoit qu'Alitalia revende plusieurs dizaines d'appareils moyens courriers, la compagnie veut développer ses rotations.

Alitalia, une marque sexy dit Etihad

Mais alors que la compagnie reste fortement déficitaire, James Hogan, désormais vice-président du groupe, a prévenu que le mandat était "clair": "Nous devons avoir un retour sur notre investissement".

"Je pense certainement qu'Alitalia est la marque la plus sexy parmi les compagnies européennes" et Etihad ne s'y serait pas engagée "si nous ne pensions pas que le plan industriel fonctionnerait", a-t-il cependant assuré.

"Une entreprise, pour être compétitive, doit créer de la valeur, elle doit créer de la richesse, ne plus être dépendante des banques ou d'autres soutiens", a reconnu Luca di Montezemolo.

L'accord conclu l'été 2014 entre les deux compagnies aériennes prévoit un investissement total de 1,7 milliard d'euros en plusieurs tranches dans Alitalia, lourdement déficitaire et très endettée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2015 à 16:41 :
tout ça ce sont des plans, des projets ...Mais Alitalia a aussi un certain talent pour absorber les plans, projets et financements associés ...
Réponse de le 11/03/2015 à 23:27 :
Et oui...en attendant la compagnie se renforce avec des plans concrets et un développement certes et désormais visible.....jalousie?
a écrit le 21/01/2015 à 15:26 :
Ils vont avoir du boulot, car question service, c'est parmi le pire de ce que j'ai vu. Alitalia on pourrait s'attendre à bien manger (en fait c'était immangeable), un bon café (en fait un mauvais Nescafé), un personnel italien soit de belles hotesses et de beaux stewards (j'ai rarement vu aussi peu sympa et malaimable), sans parler du bazar des aéroports italiens.
Réponse de le 03/06/2015 à 15:09 :
Reste chez toi alors
a écrit le 21/01/2015 à 13:13 :
C'est la stratégie des monarchies du golfe Persique dont on se doutait déjà il y a 3 ou 4 ans: pénétrer dans un pays en sponsor des clubs de foot, gagner la confiance, et demain il mettre le grappin sur leurs compagnies aériennes déficitaires.
Aujourd'hui Etihad s'empare d'Alitalia, demain Qatar Airways s'empare d'Air France.
Réponse de le 21/01/2015 à 15:04 :
C'est juste mais dans le cas Air France-KLM c'est pas KLM la compagnie chroniquement déficitaire, vous savez, AF sera donc une cible facile pour Qatar Airways, ou encore une autre.
Réponse de le 22/01/2015 à 0:39 :
C'est peut être la meilleure chose qui puisse arriver à Air France. Après tout le plan d'Ethiad pour Alitalia est ambitieux et intéressant pour la compagnie italienne. Les britanniques Land Rover e Jaguar ne se sont jamais aussi bien portées que depuis qu'elles font partie du groupe indien Tata Motors. A la différence des géants américains, les entreprises de pays émergents achètent des marques européennes pour leur prestige. Ils font donc tout pour muscler et développer ces marques. Les Américains achètent pour détruire un concurrent et une marque. Exemple: Microsoft qui a fait disparaitre la marque Nokia
Réponse de le 22/01/2015 à 7:22 :
A Aviateur
100% d'accord avec vous. les boites américaines ont une mentalité de prédateur, ce qui n'est le cas ni des européennes (en partie), ni des asiatiques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :