Quatre choses à savoir sur le colis

 |  | 565 mots
Lecture 3 min.
Préparer ces colis et les acheminer jusqu'à leur destinataire emploie près d'un quart des ouvriers français, selon le sociologue au Centre d'étude de l'emploi et du travail du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), David Gaborieau.
Préparer ces colis et les acheminer jusqu'à leur destinataire emploie près d'un quart des ouvriers français, selon le sociologue au Centre d'étude de l'emploi et du travail du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), David Gaborieau. (Crédits : Reuters)
Le colis était déjà en plein essor avant la crise sanitaire, mais le confinement, en accélérant le commerce en ligne, lui fait prendre une place de plus en plus importante. Voici 4 choses à savoir autour de cet objet omniprésent dans la vie des Français.
  • Des volumes sans précédent

450 millions: c'est le nombre de colis que La Poste s'attend à prendre en charge sur l'ensemble de l'année 2020. Un volume inédit et en forte progression par rapport à l'année précédente (360 millions de colis).

Xavier Mallet, directeur général de Colissimo, a expliqué fin octobre que l'épidémie de Covid-19 avait fait franchir "trois années de croissance en une seule". Et 100 millions de colis pourraient transiter par les services de La Poste sur novembre/décembre, contre 80 millions l'année précédente, avec des pics à 4 millions par jour.

Lire aussi : Reconfinement, Black Friday, Noël: la filière logistique est-elle armée?

  • Pleins de vide?

DS Smith, une entreprise de fabrication d'emballage en carton ondulé, estimait en juin que 4,5 milliards de colis circulent à l'année en Europe. Toutefois ils emballent "en moyenne entre 45% et 50%"... de vide. "Les emballages choisis pour transporter des produits sont généralement standardisés et donc disproportionnés."

"C'est un des éléments sur lesquels on travaille beaucoup avec nos clients, car cela donne une image pas forcément très bonne aux yeux des consommateurs, et puis cela coûte cher", abonde Jean-Christophe Bugeon, PDG du concurrent Smurfit Kappa France. Il note toutefois que "les consommateurs sont prêts à payer davantage pour des emballages recyclables et respectueux de l'environnement".

  • Un quart des ouvriers français

Préparer ces colis et les acheminer jusqu'à leur destinataire emploie près d'un quart des ouvriers français, selon le sociologue au Centre d'étude de l'emploi et du travail du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), David Gaborieau.

"Ce sont 700.000 ouvriers qui travaillent dans la logistique, plus 800.000 dans le transport, un chiffre qui est stable depuis quelques années", détaille-t-il.

Cela "prend certes de plus en plus de place dans l'activité économique, mais il y a un mode de rationalisation des tâches dans les entrepôts, une forme d'automatisation qui fait qu'il n'y a pas d'explosion du nombre d'emplois". Et les embauches de saisonniers ne concernent que certains acteurs de l'e-commerce, comme Amazon.

Lire aussi : Coronavirus : Amazon recrute 100.000 personnes pour absorber le bond de commandes

"Dans les entrepôts logistiques de la grande distribution, la fin d'année se prépare dès octobre, novembre, et avant la période de Noël, il y a celle des courses de rentrée par exemple, une forme de saisonnalité qui fait que la main-d'œuvre est relativement stable au sein de l'entrepôt", expose-t-il.

  • Toujours plus rapide?

"Il est absolument faux de dire que les clients veulent des délais courts", assure Axel Culoz, consultant spécialiste de la logistique chez AlixPartners: la course à la rapidité entre les e-commerçants, c'est surtout "pour tuer son concurrent".

Lire aussi : Site web, click and collect, livraison : notre guide des solutions françaises pour vendre en ligne

"Plus de trois quarts des clients privilégient le fait de pouvoir choisir un créneau précis de livraison plutôt qu'une livraison rapide", abonde Sylvain Gasquet, directeur Distribution & biens de grande consommation chez AlixPartners.

Une donnée cruciale en cas de pic d'activité, car ce sont surtout les livraisons rapides qui menacent d'engorger la chaîne logistique. Sylvain Gasquet préconise de "limiter les livraisons ultra rapides", pour "avoir la possibilité de mieux planifier et de servir plus de clients".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :