E-commerce : les commerçants demandent d'interdire le Black Friday 2020

 |  | 465 mots
Lecture 2 min.
Prendre Amazon comme bouc émissaire n'est pas la solution : cet acteur ne représente que 20 % du commerce en ligne en France, estime toutefois le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
"Prendre Amazon comme bouc émissaire n'est pas la solution : cet acteur ne représente que 20 % du commerce en ligne en France", estime toutefois le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. (Crédits : Benoit Tessier)
Dans une tribune publiée par le Journal du dimanche, quatre fédérations de magasins dénoncent "la scandaleuse inégalité de traitement préexistante entre les commerçants physiques et les marchands du web, au péril des premiers et au profit exclusif des seconds".

Quatre fédérations de magasins de centre-ville et centres commerciaux ont demandé au gouvernement de restreindre les ventes en ligne "aux seuls produits de première nécessité" et d'interdire le "Black Friday", dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche. Elles demandent aussi de pouvoir rouvrir les commerces "non essentiels" dès le 12 novembre.

"Les dispositions prises pour juguler la propagation du virus ne font qu'accroître la scandaleuse inégalité de traitement préexistante entre les commerçants physiques et les marchands du web, au péril des premiers et au profit exclusif des seconds", déplorent la Confédération des commerçants de France (CDF), la Fédération française des associations de commerçants (FFAC), la Fédération nationale des centres-villes "Vitrines de France" (FNCV) et le Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

Une iniquité structurelle avec les marchands 100% web

Dans cette tribune les rassemblant de manière "inédite", les organisations s'accordent à dire que la fermeture des commerces dits "non essentiels" avantage dangereusement les plateformes de commerce en ligne déjà régulièrement accusées de concurrence déloyale, comme Amazon et Alibaba. Ceux-ci, dénoncent les signataires, "redoublent désormais de propagande pour attirer les clients, nos clients", à l'approche de la période des soldes du Black Friday, fin novembre, et de Noël. Ils demandent "l'interdiction immédiate du Black Friday 2020".

Ils appellent aussi à "la fin de l'iniquité structurelle existante entre la communauté des commerçants français et les marchands 100% web", notamment sur les plans de la fiscalité et de l'aménagement du territoire, avec l'"instauration d'un moratoire sur tous nouveaux projets d'entrepôts".

Un site dédié du gouvernement

"Prendre Amazon comme bouc émissaire n'est pas la solution : cet acteur ne représente que 20 % du commerce en ligne en France", estime toutefois le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, dans une interview donnée au même hebdomadaire.

Pour encourager la numérisation des petits commerces de proximité, le gouvernement prévoit de référencer, à compter de mardi, les solutions existantes sur le site clique-mon-commerce.gouv.fr.

Lire notre dossier: Commerces: l'urgence de la digitalisation

"Ensuite, chaque commerce fermé administrativement - et qui n'est pas encore numérisé - pourra bénéficier d'une aide de 500  euros pour le faire", souligne le ministre, ajoutant que l'Etat comptait aider financièrement "les communes qui souhaitent développer une plateforme locale d'e-commerce regroupant l'ensemble des commerces de sa ville".

 Bruno Le Maire prévient néanmoins qu'une réouverture des commerces physiques "ne pourra (...) s'envisager qu'avec de nouvelles règles sanitaires". Il cite en exemples un possible relèvement de la jauge d'accueil, "aujourd'hui de 4 mètres carrés par client", ou un accès aux commerces sur rendez-vous.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2020 à 10:14 :
C'est une demande stupide parcequ'elle est incontrolable et qu'il faudrait en plus fermer les frontières pour empêcher la distribution des produits acheter sue les sites hors hexagone. De plus n'oublions pas que certains commerçants se plient au jeu d'Amazon and Cie en vendant sur leurs plateformes.
Par contre, et cela est dans les cordes du gouvernement, il faudrait un contrôle douanier beaucoup plus systématique sur les colis venant de l'étranger pour s'assurer que les marchandises entrantes ont bien été soumises aux taxes et impôts d'importations. En cas de manquement les plateformes de vente devraient être sanctionnées impitoyablement. Des articles vendus sur Amazon sont envoyés directement d'entreprise chinoise qui livrent par la poste des articles sans droit de douane ni TVA! Cela est innacceptable et l'organisateur Amazon devrait être sanctionné.
a écrit le 08/11/2020 à 18:23 :
Les biscuits au chocolat ne sont pas "essentiels" : il faut vite les interdire à la vente ! Syndrôme pathétique de la jalousie gauchiste actuelle qui a conduit à cette crise de jansénisme, sous une pression médiatique et médicale inouie à laquelle les gouvernants ont été soumis. Il faut renvoyer les soignants auprès de leurs malades, faire porter le masque aux journalistes sur leur plateau, et rouvrir tous les "petits" commerces" : ils ne nous contaminent pas plus que les grandes surfaces. Et il faut construire des hôpitaux, avec des équipements et des soignants qu'il faut commencer à former sans attendre (là, on a déjà perdu pratiquement un an...).. Et si la réanimation produit autant de séquelles qu'on commence à le dire, il faut arrêter cette pratique barbare qui relève alors de l'acharnement thérapeutique de docteurs Frankenstein qui s'ignorent. Mais dire aujourd'hui que davantage de lits ne servirait à rien, comme hier les masques ne servaient à rien, ça commence à bien faire...
a écrit le 08/11/2020 à 14:35 :
DARWIN l'a écrit il y bien longtemps : survival of the fittest ; ou " seuls les plus adaptés resteront envie " . Tous ces commerces qui n'ont pas voulu regarder la réalité et évoluer sont condamnés à la disparition .
a écrit le 08/11/2020 à 13:30 :
Ces syndicats et lobbys rétrogrades qui n'ont pas anticipés les changements dans la distribution veulent interdire...

La france est pro business...

Ils est à prévoir que ces pandémies seront la norme dans le futur, et l'evolutiondes achats va devoir changer.

De plus les villes interdisant de plus en plus, accès des vitures et parking dans le centre ville...

Livraison à domicile sera la normedans le futur pour ces raisons, que cela plaise ou non à ces syndicats

Et s'ils arrivent à interdire, il y aura toujours amazon.be et amazon.ch
Réponse de le 08/11/2020 à 21:43 :
Exactement, et si ça suffit pas un bon vpn fera l'affaire pour contourner toutes ses interdictions mdr
a écrit le 08/11/2020 à 13:13 :
ben faudra couper les acces a internet alors
parce que si y a pas de black friday sur amazon.fr il suffira d'aller sur amazon.de ou amazon.dk ou amazon.es
en fai on comprend le desarroi, mais on se dit qu'ils sont a cote de la plaque, et ca leur a fait manquer bcp de choses!
a écrit le 08/11/2020 à 11:26 :
Il faudrait l'interdire définitivement même puisque générant une immense production de pollution.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :