Catastrophe de Gênes : le concessionnaire promet de reconstruire le viaduc (Autostrade)

 |   |  576  mots
(Crédits : Reuters)
Les dirigeants d'Autostrade per l'Italia ont annoncé samedi que 500 millions d'euros étaient déjà prêts pour aider la ville et reconstruire l'ouvrage.

Les dirigeants d'Autostrade per l'Italia, société concessionnaire de l'autoroute A10 en Italie sur laquelle se trouvait le viaduc qui s'est effondré mardi à Gênes faisant 40 morts, a annoncé qu'elle allait constituer un fonds de 500 millions d'euros pour financer la reconstruction du pont, réparer les dégâts et indemniser les familles des victimes ainsi que les sinistrés.

"Le viaduc était en bonne santé", dit le patron d'Autostrade

Une fois les autorisations obtenues, huit mois seront nécessaires pour reconstruire dans le cadre d'un "projet solide et réalisable qui répondra rapidement aux besoins de la ville", a promis le directeur généra Giovanni Castelluccl,selon lequel le viaduc Morandi était "en bonne santé".

L'entreprise italienne est sous le feu des critiques du nouveau gouvernement, bien que le ministère des Transports soit également responsable de la sécurité des concessions routières privées. Le gouvernement a entamé vendredi soir le processus de révocation de celles d'Autostrade per l'Italia, qui gère 3.000 km d'autoroutes en Italie, dont l'A10.

Le débat sur les responsabilités de la catastrophe fait rage alors que les secouristes sont toujours à la recherche des disparus. Une journée de deuil national a été décrétée et l'état d'urgence instauré dans la capitale de la Ligurie, où se trouve le premier port d'Italie.

Problème lié aux haubans?

Un tribunal de la ville devra établir les raisons pour lesquelles ce viaduc construit il y a 51 ans s'est effondré, alors que les experts avancent l'hypothèse d'un problème lié aux haubans enchâssés dans le béton. Une étude commandée l'an dernier par Autostrade avait mis au jour des problèmes de stabilité de l'ouvrage, a déclaré vendredi le directeur du département universitaire qui a réalisé cet audit, confirmant des informations de presse.

L'audit, effectué en novembre 2017 par des experts de l'Ecole polytechnique de Milan, avait notamment mis en exergue l'état des haubans. "L'étude a mis en lumière une anomalie et a recommandé des investigations plus poussées en la matière", a dit Stefano Della Torre à Reuters.

Dans leur rapport, les experts estiment qu'il est possible que des phénomènes de corrosion aient joué. Mais l'une des particularités du pont Morandi, inauguré en 1967, tient au fait que les câbles sont coulés dans du béton, ce qui rend leur contrôle difficile.

"La rupture de l'un de ces haubans est une hypothèse de travail sérieuse", a déclaré Antonio Brencich, professeur à l'Université de Gênes et membre de la commission des transports chargée de déterminer les causes de l'accident. "Il y a des témoignages et des vidéos qui vont dans cette direction", a-t-il ajouté.

"Il est évident que quelqu'un n'a pas fait son travail concernant la maintenance. Le concessionnaire a une responsabilité qui semble très grave", a dit le ministre des Transport, Danilo Toninelli, dans un entretien accordé à La Stampa. Son ministère a donné 15 jours à Autostrade pour apporter la preuve que la compagnie a bien rempli toutes ses obligations contractuelles.

"La situation technique est tellement complexe qu'il incombe au système judiciaire de comprendre ce qui s'est passé, pourquoi et dans quelles conditions", a quant à lui estimé Giovanni Castellucci, lequel s'est engagé à coopérer pleinement avec les autorités pour que des enquêtes "rapides et approfondies" puissent être menées à bien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2018 à 12:09 :
https://fr.express.live/2017/12/07/italie-subventions-europeennes...
exrait :

L'Italie ne réclame pas ses subventions européennes
7 DÉCEMBRE 2017

Audrey Duperron
editor express
La Commission Européenne n’a de cesse de reprocher sa mauvaise gestion à l'Italie. Récemment, Jyrki Kataien, le vice-président de la Commission, a même accusé le Premier ministre italien Paolo Gentiloni d’avoir « menti à propos de l’état réel de l’économie italienne ». En effet, le déficit du pays a progressé de 1,6 %, alors que le gouvernement italien avait promis qu’il baisserait de 1 %. Mais en dépit de ses difficultés, l’Italie néglige les subventions européennes mises à sa disposition, note The Economist.

L'Italie n’a réclamé que 1,2 % des subventions européennes qui lui ont été attribuées dans le cadre du budget du développement régional de la Commission pour la période 2014-2020, alors que cette dernière est déjà bien engagée.

Seuls la Croatie, qui est encore novice, ainsi que l’Autriche et les Pays-Bas, des pays riches qui n’ont pas un besoin crucial de ces fonds, ont encore moins exploité cette manne que l'Italie. En moyenne, les États membres ont « consommé » 5,3 % des aides mises à leur disposition. Les Etats du Sud de l’Europe comme la Grèce et le Portugal, en revanche, ont déjà utilisé respectivement 6 % et 10,6 %.

« Si les bureaucrates italiens avaient été aussi efficaces que leurs collègues portugais en soumettant des projets appropriés, ils auraient pompé un montant supplémentaire de 2,2 milliards d’euros dans leur économie au cours des quatre dernières années », déplore le magazine.
Le Mezzogiorno, la Sicile et la Sardaigne lésés
Une telle somme aurait pu bénéficier au Mezzogiorno,c'est-à-dire le Sud pauvre du pays, mais aussi à la Sicile et à la Sardaigne, des régions où le revenu par tête a chuté de 11,3% sur les 10 dernières années.

The Economist affirme que plusieurs raisons expliquent la modération italienne à l’égard des subventions européennes. D'une part, la plupart des projets européens s’étalent sur une longue période, ce qui signifie que le montant total des fonds qui leur ont été alloués ne se découvre que graduellement, et que leur impact sur les chiffres actuels reste limité. De plus, une grande partie des programmes requièrent une participation du gouvernement national... Lequel est en déficit, et ne peut probablement pas financer cette participation.

C’est d’autant plus regrettable, que le pays se prive ainsi d’une source de croissance qui pourrait contribuer à la résolution de ses difficultés. Vision, un think tank italien, a ainsi établi que si l’on avait injecté les 50 milliards d'euros (provenant du cumul des fonds européens et du complément versé par l’Italie) que le Mezzogiorno était en droit d’attendre, le revenu moyen de ses habitants aurait crû de 1,7 point de pourcentage de plus que celui des habitants du reste de l'Italie.
Est ce une fake news ?
Où est la vérité dans tout cela ? Le citoyen a le droit de savoir.
En sachant que l'UE verse de l'argent à beaucoup de pays européens, que fait on de l'argent donné ?
Pourquoi n'y a t il pas d’enquêtes ?
a écrit le 19/08/2018 à 15:39 :
Moi je veux bien reprendre les concessions des route financées par les contribuables que les politiques on concédé à cette société et qui rapportent des milliards d'euro de péages chaque années et payer mes impôts au Luxembourg et dépenser quelques centaines de milliers d'euro en rafistolages quand je ne peux vraiment pas faire autrement. Je suis candidat et je promets d’être un fleuron de la bourse dont mon pays sera fier (et la presse financière aussi!).
a écrit le 19/08/2018 à 15:38 :
Moi je veux bien reprendre les concessions des route financées par les contribuables que les politiques on concédé à cette société et qui rapportent des milliards d'euro de péages chaque années et payer mes impôts au Luxembourg et dépenser quelques centaines de milliers d'euro en rafistolages quand je ne peux vraiment pas faire autrement. Je suis candidat et je promets d’être un fleuron de la bourse dont mon pays sera fier (et la presse financière aussi!).
a écrit le 19/08/2018 à 11:27 :
"La situation technique est tellement complexe qu'il incombe au système judiciaire de comprendre ce qui s'est passé, pourquoi et dans quelles conditions"

Là, on sent déjà que les conclusions vont être limpides....MdR
Réponse de le 19/08/2018 à 15:28 :
https://www.francetvinfo.fr/monde/italie/effondrement-d-un-pont-a-genes/avant-la-catastrophe-de-genes-l-italie-avait-connu-dix-effondrements-de-ponts-en-cinq-ans_2896027.html.
a écrit le 19/08/2018 à 10:23 :
La comédia de Autostrade doit être arrêtée

L'Etat Italien devrait placer les dirigeants en détention provisoire pour éviter toutes influences sur les enquêtes

L'Etat Italien devrait saisir tous les avoirs de la société Autostrade et de ses holdings, de mander le remboursement des dividendes versés durant les 5 dernières années et les saisir aussi
a écrit le 19/08/2018 à 1:53 :
"le viaduc Morandi était "en bonne santé"."

Vu la déclaration, il faudrait peut-être refiler les concessions gérées par Autostrade à quelqu'un d'autre...
Soit c'est du pur mensonge pour cacher la vérité, soit c'est de la pure communication, dans les deux cas comment avoir confiance en cette entreprise concernant l'état des infrastructure qu'elle gérera ?
a écrit le 19/08/2018 à 1:46 :
Le témoignage du chauffeur du deuxième camion resté sur le pont correspond à la thèse des haubans.Il a parlé de la foudre,des deux haubans qui tombent et de la tour qui s'écroule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :