CDG Express : la région Île-de-France demande à l'Etat de suspendre les travaux

La présidente de la Région Île-de-France et d'IDF Mobilités (l'ex-Stif) a demandé ce mercredi à l'État de suspendre les travaux de CDG Express et de s'occuper en priorité de moderniser les lignes comme le RER B.
(Crédits : Reuters)

Valérie Pécresse met des bâtons dans les roues de CDG Express, ce projet de liaison ferroviaire entre la gare de l'Est de Paris et l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle prévue pour entrer en service le 1er janvier 2024, quelques mois avant les Jeux Olympiques de Paris. La présidente LR de la Région Île-de-France et d'Île-de-France Mobilités (l'ex-Syndicat de transports d'Ile-de-France, le Stif) a demandé ce mercredi à l'État de suspendre les travaux et de moderniser en priorité les lignes comme le RER B.

Long de 32 kilomètres le trajet doit durer 20 minutes et coûter 24 euros, le nouveau train direct sera en concurrence avec le RER B. Celui-ci, bien que moins confortable, a l'avantage d'être moins cher et de s'arrêter dans de très nombreuses gares d'Île-de-France du nord au sud, mais aussi dans sa traversée de la capitale avec des arrêts à Gare du Nord, Châtelet, Les Halles.

Les 900.000 voyageurs par jour du RER B sont prioritaires

L'autorité régionale des transports veut obtenir des "garanties sur l'absence d'impact sur les voyageurs du quotidien, notamment du RER B", qui relie le sud de la banlieue au Nord en passant par la capitale, selon un communiqué transmis après le vote en conseil mercredi.

"Même si les bénéficies du CDG Express pour l'attractivité de notre région sont réels, les travaux générés par ce projet dans son calendrier actuel pourraient durablement détériorer la vie quotidienne de millions de Français", s'inquiète la présidente de région, estimant que "les 900.000 voyageurs [chaque jour] du RER B sont prioritaires".

Pour Valérie Pécresse et les élus du conseil d'IDF Mobilités, "la priorité absolue (...) doit être la fiabilisation et la modernisation des lignes de train et de RER".

En outre, conformément à ce que la présidente de région avait annoncé dès dimanche, le conseil a voté un maintien du prix de l'abonnement du pass Navigo, qui permet de prendre les transports en commun partout en région parisienne, à 75,20 euros en 2019.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 14/12/2018 à 13:21
Signaler
Il faut ouvrir les yeux ! Ce projet est chiffré à 1,5 Milliards d'euros pour un trajet de 32 km dont 24 km existants et 8 KM SEULEMENT DE VOIES A CONSTRUIRE ! Les quais de départ à la Gare de l'Est existent et les quais d'arrivée existent ... Le c...

à écrit le 12/12/2018 à 19:45
Signaler
Les deux se défendent, on peut argumenter dans les deux sens. Le RER B est une honte. Mais une liaison directe et moderne entre Paris et les aéroports est aussi une nécessité.

à écrit le 12/12/2018 à 17:58
Signaler
Décidément c'est très a la mode en ce moment de détricoter tout ce qui a été décidé ultérieurement. Pas de panique la France avance à reculons

à écrit le 12/12/2018 à 16:51
Signaler
Même si je ne suis pas surpris quelle démagogie de la part de Valérie Pecresse qui décidement n'est pas à la hauteur de sa fonction. Le CDG Express va justement désengorger la ligne B du RER sur laquelle voyagent les milliers de travailleurs des com...

le 12/12/2018 à 18:00
Signaler
Oh oui, parce que bien évidemment les employés de sécurité, restaurants etc sont impatient de dépenser 48 euros par jour pour se rendre au travail! Heureusement le smic augmente!

le 13/12/2018 à 8:14
Signaler
Si seulement une offre tarifaire attractive est disponible sur le CDG express pour les usagers quotidiens. Car à 24 euros le trajet, sans réduction sensible pour ces personnes qui travaillent à l'aéroport, ils ne l'utiliseront pas. A ma connaissanc...

le 13/12/2018 à 10:32
Signaler
Enfin un commentaire empreint de bon sens. Reste à voir si les employeurs joueront le jeu et participeront au financement du transport de leurs employés sur cette ligne!

à écrit le 12/12/2018 à 16:29
Signaler
Encore une idée brillante de la part de Valérie. Laissons les touristes se faire dépouiller sur le RER B comme c'est le cas depuis des années (pour seulement 10 euros le ticket). Cela contribuera à faire rayonner l'image de la France dans le m...

le 12/12/2018 à 19:14
Signaler
Avant de penser à l'image de la France,commençons par penser au français, ces dizaines de milliers de franciliens. Oui renovons et améliorons ce qui est present au lieu de de penser un fric fou pour l'image.

le 13/12/2018 à 11:30
Signaler
@Dragon007 42.5 milliards de retombées économiques liées au tourisme en 2016 en France selon l'OMT.

le 13/12/2018 à 19:36
Signaler
D'accord pour la quarantaine de milliards par les touristes qui de toute façon vont venir voir Paris avec ou sans Express. Argument léger Par contre les désagréments pour les usagers de ce RER B.... sans commentaire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.