Choisi par l'Etat, le duo Keolis-RATP exploitera CDG Express avec des trains Alstom

 |   |  567  mots
Keolis et RATP Dev ont choisi les trains Coradia Liner d'Alstom qui seront adaptés à la clientèle aéroportuaire
Keolis et RATP Dev ont choisi les trains Coradia Liner d'Alstom qui seront adaptés à la clientèle aéroportuaire (Crédits : Reuters)
Le groupement constitué par Keolis (groupe SNCF) et RATP Dev a remporté son duel franco-français face à Transdev. Il a été retenu lundi pour exploiter le futur train rapide CDG Express qui doit relier Paris à l'aéroport de Roissy en 20 minutes, à temps pour les jeux Olympiques de 2024.

Sauf énième coup de théâtre dans ce dossier vieux de près de 20 ans, Keolis et RATP Dev, les filiales respectives de la SNCF et de la RATP,  exploiteront CDG Express, la ligne ferroviaire qui doit relier pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024 le terminal 2 de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle au centre de la capitale en 20 minutes. Regroupé sous la bannière "Hello Paris", le duo a été retenu ce lundi par l'Etat pour exploiter cette ligne de 32 kilomètres de long, au détriment de Transdev, le seul autre groupe à s'être porté candidat pour ce marché. Ayant probablement eu vent que cette décision défavorable se dessinait, la filiale de la Caisse des Dépôts la déposé plainte début novembre devant l'Autorité de la concurrence.

Contrat signé d'ici à fin janvier 2019

 Qualifié de "titulaire pressenti", l'équivalent de "prefered bidder" sur les marchés internationaux, le groupement "Hello Paris" entre donc en négociations exclusives avec l'Etat pour définir les termes du contrat d'exploitation de cette ligne. Un stade similaire à celui de Vinci il y a moins de dix ans qui ne s'était jamais concrétisé. Cette fois, le processus devrait aller au bout; l'Etat et les industriels évoquant même la possibilité de signer le contrat d'ici à la fin janvier 2019.

Trains Coradia d'Alstom

Le contrat comprend une période de préparation de cinq ans (2019-2023), suivie d'une période d'exploitation de 15 ans (2024-2038). Il prévoit des départs tous les quarts d'heure et tous les jours de 05H00 du matin à minuit. Alors que Transdev comptait utiliser des trains du constructeur ferroviaire suisse Stadler, encore inconnu dans le pays, le duo Keolis-RATP Dev a joué la carte nationale en optant pour les trains Coradia Liner d'Alstom, déjà éprouvés. Choisi par la SNCF pour remplacer les trains Corail, le Coradia Liner est la version dérivée du train régional Regiolis, adaptée dans l'absolu à des distances plus longues avec un confort amélioré.

"Hello Paris" table sur un trafic de 9 millions de passagers par an. Le trajet doit coûter 24 euros. Le nouveau train direct sera en concurrence avec ce RER B, qui, lui, relie tous les terminaux de Roissy à la gare du Nord puis tout Paris, bien moins cher (le trajet est même aujourd'hui inclus dans le pass navigo à tarif unique), mais long et souvent bondé. CDG Express sera également en concurrence -à partir de 2030 si tout va bien- avec la ligne 17 du futur métro du Grand Paris qui reliera La Défense à l'aéroport.

Quelle conséquence de la plainte de Transdev?

Battu dans cette première grande compétition de l'ouverture du ferroviaire à la concurrence, Transdev n'a pas fait de commentaire. Quelle conséquence pourrait avoir sa plainte qui, d'ailleurs, n'a pas été rendue publique. Plusieurs sujets sont examinés par l'Autorité de la concurrence, croit savoir le magazine spécialisé Ville, Rail & Transports, notamment le fait que Keolis et RATP Dev -via leurs sociétés mères la SNCF et la RATP- sont déjà en situation monopolistique sur le réseau ferroviaire en Ile-de-France. ar ailleurs, en annonçant leur alliance avant même le lancement de l'appel d'offres, elles auraient de fait découragé toute tentative d'implantation de la part d'opérateurs étrangers. Seul Transdev avait répondu à l'appel d'offres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2018 à 21:18 :
Monsieur,

Je viens de lire votre article sur CDG express, reproduit ci-après.
Permettez-moi quelques réflexions
« En 20 mn » !!!. C’était le temps annoncé pour le premier projet qui comprenait un long souterrain rectiligne et qui aboutissait du côté de Noisy le Sec pour rejoindre la ligne Paris Strasbourg. Le tracé retenu est très tortueux pour la liaison entre gare du Nord et La Villette. Je ne serais pas surpris que le temps soit plus important que les 20 mn annoncées, et d’ailleurs, aucune simulation informatique montrant la véracité de ce temps de parcours n’a été publiée, et pourtant, c’est très simple à faire. A noter que ne parler que du temps passé dans le train, et non du temps pour le rejoindre ou le quitter, fausse les comparaisons ; pour T1 et T3 à CDG, quel sera le temps réel de parcours ? Pour l’accès aux principaux pôles parisiens, quel sera le temps réel de parcours ?.

« Stadler, encore inconnu en France » : Stadler a livré des rames à voie métrique pour la SNCF (Train Jaune et St Gervais Vallorcine), le matériel roulant du Rhône Express, et des autorails Stadler roulent tous les jours en Alsace. De plus, c’est est un très important constructeur ferroviaire européen.

« Choisi par la SNCF, Le Coradia Liner (…) adapté dans l’absolu à des distances plus longues avec un confort amélioré » : vous reprenez là la version des commerciaux d’Alstom ou de nos élus nunuches qui l’ont commandé. Pour l’utiliser régulièrement entre Epernay et Paris à la place des Corail, c’est un recul très important pour le confort du voyageur, mais il faut bien s’y faire : sièges inconfortables, pas de place pour les jambes, vibrations permanentes, bruit, choc latéraux fréquents. Seuls points positifs, l’accès et les toilettes. Lorsque la SNCF avait lancé la voiture Corail, le slogan était « la voiture qui va vous faire aimer le train ». Je note que, prudemment, il n’y a pas de slogan pour le Coradia Liner.

Pour revenir sur le fond, ce CDG express est une belle absurdité et une belle gabegie, conduisant à une gare, la gare de l’Est, non desservie par un RER, et imposant une correspondance systématique pour rejoindre d’autres lieux dans Paris et à l’extérieur, ce qui n’est pas le cas du RER B qui dessert de nombreux pôles parisiens et de nombreuses stations de correspondances.

Alors plutôt que ce projet stupide, il aurait mieux valu créer un CDG Express utilisant l’itinéraire du RER B. Le mieux aujourd’hui, c’est que ce projet n’arrive pas à se concrétiser. Cela ne réglera pas le problème (le CDG Express non plus) mais au moins, on n’aura pas gaspillé d’argent.

Je tiens à votre disposition ma contribution à l’enquête publique.
a écrit le 20/11/2018 à 15:26 :
Le suisse Stadler est né durant la seconde guerre mondiale. Stadler = Allemagne, Pologne, Hongrie, Biélorussie, et Suisse. Transdev est déjà allemand depuis le mois dernier, Veolia vient de céder ses 30% de participations à Rethmann, qui monte ainsi à 34%. Début de ce mois, Transdev vient de remporter un contrat supérieur à 1,5 milliard d'euros, son plus gros jamais signé en Allemagne, par sa filiale allemande.
a écrit le 20/11/2018 à 14:16 :
Déjà de nombreuses liaisons ! Mais n'essayns pas d'améliorer des choses existantes, créons de l'emploi protégé déficitaire en créant encore une autre ligne ! Y EN A MARRE
a écrit le 20/11/2018 à 13:58 :
"Alors que Transdev comptait utiliser des trains du constructeur ferroviaire suisse Stadler, encore inconnu dans le pays"

Attention, ce constructeur est inconnu en Île de France, certes, mais pas dans le pays. En effet, les rames automotrices du Mont Blanc Express ( la ligne St Gervais le fayet Chamonix Vallorcine, Z 800 et Z 850) et les rames les plus récentes du Train Jaune en Cerdagne sont de ce constructeur !
Réponse de le 20/11/2018 à 19:18 :
Le Stadler Flirt est déjà en service dans de nombreux pays, Suisse, Allemagne, Angleterre, Hongrie, Pologne, Norvège, Finlande, Estonie, mais aussi Algérie, USA et d'autres pays. Il a été fabriqué dans de nombreuses versions et en un peu plus que 10 ans, ces rames ont été vendu à plus de 1500 exemplaires et fabriqué dans plusieurs usine du groupe.
Une des premières version roule déjà en France jusqu'à Bellegarde, Mulhouse et bientôt Belfort. A partir de décembre 2019, on pourra le comparer directement avec le Regiolis. En effet 24 exemplaires vont deservir la Haute Savoie à côté de 16 Régiolis dans le cadre du Léman Express autour de Genève.
www.lemanexpress.ch
www.stadlerrail.ch/fr
a écrit le 20/11/2018 à 12:06 :
J'avais cru comprendre que c'était un financement privé, le CDG express: je dois être complétement idiot. Ah oui, ce n'était que pour les infrastructures, bien sûr: encore un début de mille feuilles. C'est aussi un bon exemple de ce que sera la mise en concurrence du réseau SNCF dans quelques années. Mais bon , Bruxelles nous l'impose et Jupiter veut y prendre le pouvoir.
a écrit le 20/11/2018 à 11:50 :
les monopoles SNCF-RATP sont une fois encore sauvegardés aux frais des contribuables, et ce, avec quelles embauches "à vie" ?
Réponse de le 20/11/2018 à 15:39 :
Quand les monopoles français sont choisis, c'est fréquemment contre des monopoles étrangers. Les emplois, notamment ceux des sous-traitants, exerçant tout ou partie sur le territoire, sont mieux protégés et conservés.
Dans le cas contraire, une grande partie de l'argent part à l'étranger notamment pour des sous-traitants rémunérés par le monopole étranger, qui aurait pu être Stadler.
"Comment tuer une économie", collection 'Pour les nuls"
a écrit le 20/11/2018 à 11:21 :
J'imagine qu'ils n'ont pas prévus d'inclure le Parc des Expositions de Villepinte dans le parcours du train... C'est dommage, ce serait un plus énorme pour l'attractivité et la qualité vis à vis des visiteurs qui souvent sont dégoutés par leur voyage en RER...
a écrit le 20/11/2018 à 10:55 :
Des trains Alstom ou…Siemens? Assumons les conséquences de nos politiques de "braderie" de nos fleurons industriels...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :