Ce que dit le patron de Qatar Airways sur Air France et les subventions !

 |   |  539  mots
Akbar Al Baker, le directeur général de Qatar Airways
Akbar Al Baker, le directeur général de Qatar Airways (Crédits : AXEL SCHMIDT)
De passage hier à Paris pour l'inauguration d'un nouveau salon au terminal 1 de l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle, Akbar Al Baker, le directeur général de Qatar Airways, s'est entretenu avec La Tribune et a partagé ce qu'il pensait du débat sur la "fair competition".

A l'exception de Nice et Lyon que Qatar Airways est autorisée à desservir 5 fois par semaine, vous n'avez pas de droits de trafic supplémentaires en France. Allez-vous demander plus de vols ?

Nous attendons de commencer les vols sur ces deux lignes pour demander des vols supplémentaires afin de pouvoir desservir Nice et Lyon en vol quotidien. Nous n'avons donc pas encore commencé à négocier. Nous devons également attendre l'issue des négociations entre l'Union européenne et les pays membres du conseil de coopération du Golfe et l'ASEAN (association des pays d'Asie du sud-est) et la Turquie. Des négociations entre l'Union européenne et le Qatar ont commencé en septembre. Une deuxième réunion de discussions est prévue en février.

Que pensez-vous de cette demande de l'Union européenne de vouloir négocier un accord de « fair competition » ?

Mon opinion est que nous sommes injustement la cible de deux pays en particulier, la France et l'Allemagne, qui font l'objet d'un très fort lobby de leur compagnie aérienne (Air France et Lufthansa, ndlr), lesquelles ne veulent pas de concurrence sur leur marché. Ce qui est inacceptable pour nous, c'est d'avoir un traitement différent de la part de pays qui ont la même situation que la nôtre. Les compagnies appartiennent aux Etats. Et ces deux compagnies font valoir que nous les concurrençons sur des bases inéquitables. Je ne suis pas d'accord. Pourquoi ces bases sont inéquitables? Parce que nous avons un meilleur produit, un meilleur réseau, un aéroport ouvert 24 h sur 24? Ces avantages ne viennent pas d'un traitement de faveur, mais de la façon dont nous gérons les affaires.

Vos détracteurs dénoncent les subventions dont vous bénéficiez de l'Etat-actionnaire ?

C'est faux, on le prouve en publiant nos comptes. Oui, le gouvernement du Qatar nous détient et, à ce titre, a le droit de capitaliser la compagnie de la même manière que ce qu'ont fait tout au long des sept dernières décennies les gouvernements français et allemand, en mettant du cash dans leur compagnie jusqu'à leur privatisation. Nous serons nous aussi privatisés quand nous serons en position de force.

J'ai une question. Si Air France rencontrait des difficultés financières au point de sombrer, pensez-vous que le gouvernement français, qui détient près de 16% du capital du groupe, ne mettrait pas du cash dans la compagnie? Bien sûr que si, car Air France est un gros employeur et un acteur important de l'économie française. Est-ce que cela serait une subvention ? Non, ce serait une augmentation de capital (« equity, no subsidies »). Nous sommes dans la même situation. Quand votre ministre des transports dit regarder des réductions de taxes pour Air France, de quoi parle-t-on ? D'une subvention directe, car vous changez votre régime de taxes pour soutenir une compagnie.

Vous venez d'évoquer une éventuelle privatisation, une ouverture du capital est-elle envisagée ?

D'ici à 10 ans, le capital de Qatar Airways sera mis en Bourse. C'était prévu en 2009, mais il y a eu la crise de 2008. Aujourd'hui, la compagnie vaut plus de 10 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2017 à 15:46 :
Ils ont embauché Guy Marchand chez Quatar Airway?
Réponse de le 16/01/2017 à 10:43 :
excellent !!!!!!!!!!!
mdr
a écrit le 14/01/2017 à 19:39 :
Heureusement pour le consommateur que je suis , il y a moult compagnies aériennes pour aller de PARIS à n'importe ou dans le monde .Qu'AF en soit ou non m'est totalement indifférent . Quant à ceux qui écrivent que QATAR n'a rien à faire en FRANCE , ça me rajeunit de 20 ans quand je vivais à LONDRES ou toutes les airlines et bien sur AF tentaient de piquer leur part du juteux marché UK/INDIA via PARIS pour AF mais aussi Moscou , DAMAS voire Kashkent ou Bangkok pour les autres .
Réponse de le 15/01/2017 à 11:43 :
Si l'on remet les choses à l'endroit, il y a 20 ans, l'euro n'était pas encore une monnaie et Qatar Airways loin d'être ce qu'elle est aujourd'hui.
Les anglais ont brexité depuis, c'est sûrement le signe fort que l'Europe n'a rien à faire en GB.
Bref, j'avoue, je n'ai compris à vos propos.
De même, le Qatar promet de se privatiser, mais en situation de force...chiche!
(Tout depend de ce qu'il appelle une situation de force)
a écrit le 14/01/2017 à 17:28 :
Que Quatar airways desserve son pays, les pays limitrophes et ceux qui veulent bien de cette compagnie........nous n'avons pas besoin d'eux en France.....chacun se défend comme il peut.....Trump menace et les entreprises obtempèrent....en Europe cela semble impossible......il faut subir la mondialisation.....
Réponse de le 15/01/2017 à 11:48 :
Vous oubliez qu'ils n'ont pas d'industrie. Ils ne vendent que du service et de la banque, sur fond de matières premières et de stabilité politique régionale. Nous avons donc besoin d'eux pour vendre nos avions, et nourrir un business qui va bien au delà de la compagnie KLM AF. Ouvrez les yeux de temps en temps.
a écrit le 14/01/2017 à 7:11 :
Le protectionisme n'a jamais été une solution à moyen terme ; celà se voit dans tous les domaines ; Or à Air-france , ce n'est meme pas un protectionisme de bussiness , c'est un protectionisme de quelques nantis fortement syndicalisés . la cie Air-france est cuite
et depuis un moment .
Réponse de le 15/01/2017 à 11:53 :
Le syndicalisme n'est pas un protectionnisme, vous mélangez les genres.
C'est une disposition légale visant à définir des interlocuteurs sociaux.
Ces dispositions n'existent pas au Qatar.
Pour le coup, question cuisson, les salariés de toutes origines géographiques se plaignent pas en plein été au Qatar.
Il faut bien dire qu'ils n'ont pas VRAIMENT de droit.
Le rêve si je vous lis bien.
a écrit le 13/01/2017 à 23:09 :
Les français doivent accepter la concurrence. En tout cas, Airbus ne peut pas faire le poids face au géant boeing. Et ce sont ces subventions à fort élan de dumping et de corruption qui ont favorisé la survenance de la crise de 2008. Et nous ne sommes pas au bout de nos peines. Il faut un nouvel ordre mondial en matière économique. Et Trump pouvait être le nouveau "messie" ?
Réponse de le 15/01/2017 à 11:54 :
Houla! J'ai cru que c'était Baker le Messie.
a écrit le 13/01/2017 à 17:48 :
A.F....va mal ? .. l action est fortement dépréciée divisée par quatre...UN SIGNE
Réponse de le 15/01/2017 à 11:56 :
Vous oublier que la dette vient d'être multiplié par 2 OU 3 en raison de nouvelles règles comptables. Bref, les virgules se baladent, c'est la teuf!
Réponse de le 15/01/2017 à 17:55 :
Princes et seigneurs...le Qatar est une sorte de principauté en effet.
Alors si vous pretendez abhorrer ce type de regime, autant l'écrire clairement.
A bien lire, une faillite globale vous conviendrait j'en suis sur.
a écrit le 13/01/2017 à 17:17 :
Subversions ou "faciliter/garantir" le credit/financement d'export ( AirFrance, Mirages, submarines, Renault, nucleaires, Alstrom, Airbus, paqueboats STX, etc.etc), c'est enfin le contribuable qui paie, au profit des actionaires plus les elus en preprarent leur vie postpolitique.
Réponse de le 14/01/2017 à 3:59 :
Mais au fait...qui sont les contribuables ? sinon ceux qui travaillent aussi chez AirFrance, Mirages, submarines, Renault, nucleaires, Alstrom, Airbus, paqueboats STX, etc.etc...
Réponse de le 14/01/2017 à 10:29 :
Donc laissez ceux qui travaillent chez AirFrance, Mirages, submarines, Renault, nucleaires, Alstrom, Airbus, paqueboats STX, etc.etc.. subventionner leur propres postes, avec un regime d'impots de revenues en correspondance avec les subventions reçus.
a écrit le 13/01/2017 à 14:20 :
Pour moi il n'es pas normal que ryanair easyjet ou autre reçoivent des subventions pour faire voler des avions d'aéroport un peu perdu et qu'en plus ce soit le contribuable qui paie.Qui plus est des aéroports mal desservie par les transports enclavés et qui oblige les passager a passer la nuit sur place...elle est belle la concurence...sans aller jusqu au quatar pour commencer.Merci nos impôts...
Réponse de le 14/01/2017 à 9:49 :
Vous prenez souvent des vols easyjet?
Si cette compagnie dessert des aéroports mal desservis, comment expliquez-vous les dizaines de millions de passagers? Tous des imbéciles?
a écrit le 13/01/2017 à 13:30 :
Nos amis qataris feraient bon de balayer devant leur porte. Leur économie entière, et cela inclut Qatar Airways, est subventionnée à 100% par Le pétrole.
Réponse de le 13/01/2017 à 17:45 :
Et l'économie française, elle est tirée par les exportations de médicaments Sanofi et d'automobile Renault etc. : sans exportations, pas de richesse française... Chaque pays a ses forces et faiblesses.
Réponse de le 14/01/2017 à 3:57 :
Pour votre gouverne, le Qatar n'est pas un gros producteur de pétrole (peut être qqs 300-400 000 barils par jour soit rien comparés aux autres producteurs de la région) mais c'est peut être le 2ème producteur mondial de gaz derrière la Russie.
Les prix du gaz ne sont pas ceux du pétrole!!
a écrit le 13/01/2017 à 10:37 :
L'Etat français ne peut plus remettre au pot pour AF; il l'a fait pour solde de tout compte dans les années 90 et a privatisé partiellement la compagnie comme "deal" avec Bruxelles. Si des difficultés se profilent de nouveau AF s'adossera à une compagnie plus forte ou mourra de sa belle mort.
a écrit le 13/01/2017 à 9:38 :
et que doit on penser des subventions cachées dont bénéficient toutes les compagnies de cette région, dont celle du QUATAR ?
a écrit le 13/01/2017 à 9:38 :
et que doit on penser des subventions cachées dont bénéficient toutes les compagnies de cette région, dont celle du QUATAR ?
a écrit le 13/01/2017 à 8:39 :
Il vaut mieux je pense se faire soutenir par l'État que d'exploiter la misère humaine hein, c'est quand même plus respectable même si je suis contre le soutien de l’État à une compagnie d'aviation.

"Esclaves du XXIe siècle au Qatar" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/GARCIA/55761 (abonnés ou payant)

Donc a ce niveau, les donneurs de leçons c'est bon, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :