Course contre la montre pour XL Airways

Les candidats à la reprise de XL Airways ont jusqu'à samedi 28 septembre à midi pour déposer une offre de reprise de tout ou partie de l'activité de la compagnie aérienne en difficulté financière.

1 mn

(Crédits : Marko Djurica)

Les candidats à la reprise de XL Airways ont jusqu'à samedi 28 septembre à midi pour déposer une offre de reprise de tout ou partie de l'activité de la compagnie aérienne en difficulté financière. Hier celle-ci a été placée en redressement judicaire assortie d'une période d'observation de un mois. Une audience se tiendra dès le 2 octobre. A cours de cash, la compagnie risque d'arrrêter ses vols d'ici à la fin de la semaine. Comme dans le cas d'Aigle Azur, ce délai lié au niveau de trésorerie de XL est extrêmement court.

Cinq jours pour faire un miracle

"On va se battre dans les jours qui viennent. On a jusqu'à samedi midi pour déposer des offres au tribunal de commerce de Bobigny. On a 5 jours pour faire un miracle", a déclaré le PDG de XL Airways Laurent Magnin, à la sortie de l'audience.

Les "actionnaires (la holding française DreamJet, NDLR) ont fait une proposition au groupe Air France", a-t-il ajouté et "le gouvernement, les actionnaires, les équipes de Ben Smith (le directeur général d'Air France-KLM, NDLR) doivent évaluer dans les 48 heures s'il y a une capacité de sauvetage d'XL Airways". La compagnie a besoin de 35 millions d'euros pour repartir et mettre à bien son plan à cinq ans qu'elle avait lancé il y a quelques mois.

Problématique sociale

Pour autant, dans l'hypothèse d'une reprise par Air France, la problématique sociale sera la même que celle du dossier Aigle Azur. Air France devrait en effet reprendre des branches autonomes d'activité, composées d'avions et des salariés avec leurs contrats de travail et donc leur ancienneté. Auquel cas, certains pilotes d'XL Airways pourraient passer devant ceux d'Air France dans la fameuse liste de séniorité d'Air France, qui détermine les actes de carrière des pilotes et donc leur rémunération.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/09/2019 à 8:38
Signaler
Il n'y a plus de liquidité sur les marchés pour les entreprises elles partent toutes finir de se planquer dans les paradis fiscaux de ce fait il n'y a plus personne pour racheter les entreprises, pires, les entreprises n'ont plus de liquidité pour se...

à écrit le 24/09/2019 à 18:18
Signaler
AF ne peut pas s'engager pour faire une proposition de reprise, sans prendre le risque d'un nx conflit social avec les sections SNPL de AF et Transavia dont un accord a été trouvé sur l'épineux sujet de l'ancienneté des pilotes sous contrat de filial...

à écrit le 24/09/2019 à 15:04
Signaler
Laurent Magnin est habitué à créer des entrprises non rentables. Ses actionnaires ont bien du s'en rendre compte et hésiteront certainement à renflouer cette entreprise en perdition.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.