Fret maritime : le danois Maersk, premier armateur mondial, licencie 2.000 employés

 |  | 279 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Reuters)
Le mastodonte du transport maritime de marchandises, qui, depuis 2017, se recentre sur ses activités de transports, décide de tailler dans ses branches "Océan" et "Logistique" alors que les résultats du groupe sont encourageants en dépit de la crise du coronavirus avec un chiffre d'affaires quasi stable.

Le géant danois du transport maritime AP Moeller-Maersk a annoncé mardi licencier 2.000 employés à travers le monde dans le cadre d'un nouveau processus de restructuration amorcé en septembre.

Ces licenciements interviennent dans les branches "Océan" et "Logistique" alors que le mastodonte danois se recentre depuis 2017 sur ses activités de transports et a annoncé un résultat préliminaire encourageant au troisième trimestre avec un chiffre d'affaires quasi stable sur un an (-1%), à 9,9 milliards de dollars (8,401 milliards d'euros), en dépit de la crise liée au nouveau coronavirus.

"Les volumes ont rebondi plus vite que prévu, nos coûts sont restés bien sous contrôle, les taux de fret ont augmenté en raison de la forte demande et les bénéfices de Logistics & Services progressent rapidement", a noté le directeur général du groupe, Søren Skou, cité dans un communiqué.

Provision de 100 millions de dollars pour les licenciements

Les résultats du troisième trimestre seront touchés par une provision de 100 millions de dollars liée aux licenciements qui représentent environ 2,5% de la masse salariale du groupe.

De juillet à septembre, les volumes dans la branche "Océan" ont diminué d'environ 3%, ce qui est légèrement mieux que la contraction originellement envisagée.

"Les perspectives pour le quatrième trimestre sont solides pour les mêmes raisons, et nous sommes donc en mesure de revoir à la hausse nos attentes pour l'ensemble de l'année", s'est félicité le DG.

Le groupe table désormais sur un résultat brut d'exploitation entre 7,5 et 8 milliards de dollars pour l'ensemble de l'année, contre 6 à 7 milliards annoncés précédemment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :