Hollande se dit confiant sur le sauvetage d'Alstom Belfort par la SNCF

La SNCF doit débourser entre 470 et 480 millions d'euros pour cette commande, livrable en 2019 et 2020.

2 mn

Il y a de bonnes chances que la SNCF passe commande jeudi à Alstom de 15 rames de TGV pour desservir la ligne Paris-Bordeaux, conformément au plan présenté en octobre pour assurer l'avenir du site de Belfort, a déclaré mercredi le président François Hollande.
"Il y a de bonnes chances" que la SNCF passe commande jeudi à Alstom de 15 rames de TGV pour desservir la ligne Paris-Bordeaux, conformément au plan présenté en octobre pour assurer l'avenir du site de Belfort, a déclaré mercredi le président François Hollande. (Crédits : © Axel Schmidt / Reuters)

"Il y a de bonnes chances" que la SNCF passe commande jeudi à Alstom de 15 rames de TGV pour desservir la ligne Paris-Bordeaux, conformément au plan présenté en octobre pour assurer l'avenir du site de Belfort, a déclaré mercredi le président François Hollande. "Nous avons pu obtenir qu'un certain nombre de commandes soient prises" pour garnir le plan de charge de l'usine de Belfort, a rappelé le chef de l'Etat dans un discours devant une partie des 490 salariés de l'usine.

La "plus importante" de ces commandes est celle qui concerne les 15 rames "qui seront mises en circulation sur la ligne Bordeaux-Paris", a poursuivi François Hollande. "La décision est pour demain (jeudi). C'est la SNCF qui va la prendre, mais selon nos informations il y a de bonnes chances pour que ce soit le cas".

La SNCF doit débourser entre 470 et 480 millions d'euros pour cette commande, livrable en 2019 et 2020.

Une décision sous influence

La décision est "du ressort de la SNCF", mais "nous espérons que le président sera assez influent pour que les dirigeants de la SNCF valident les commandes", a commenté Olivier Kohler, délégué CFDT, après le discours du chef de l'Etat.

Deux autres commandes de trains avaient été annoncées en octobre pour sauver Belfort, sur lesquelles les discussions sont en cours entre Alstom et la SNCF, concernant notamment le prix: 6 TGV destinés à la liaison à grande vitesse Paris-Turin-Milan, pour un peu moins de 200 millions d'euros, et 20 locomotives diesel affectées au secours des trains en panne, pour environ 80 millions d'euros.

"Les partenaires sociaux et les élus sont encore mobilisés" sur ce volet du dossier, "et nous aussi", a simplement souligné mercredi François Hollande. "Nous avons pris des engagements" pour sauver Belfort "et nous les avons tenus", a-t-il ajouté.

Avant son discours, le chef de l'Etat avait visité les usines d'assemblage de locomotives d'Alstom, mais aussi l'usine de turbines à gaz et à vapeur de General Electric, installée sur le même site. Le conglomérat américain a repris la branche énergie d'Alstom fin 2015 pour 9,7 milliards d'euros, faisant du site de Belfort un de ses principaux centres de production.

Cette acquisition montre que "nous ne pouvons pas accepter les solutions de protectionnisme, de nationalisme, qui nous mettraient dans de très grandes difficultés", a observé le chef de l'Etat.

"Quand le président d'un pays, (en l'occurrence) les Etats-Unis, pense à protéger son espace économique, à empêcher qu'il y ait des investissements qui puissent se faire aux Etats-Unis, on voit bien le risque ! Si tous les pays faisaient ça, qu'est-ce que serait l'économie mondiale, comment pourrait-on faire ?", a-t-il ajouté. "Il faut que le marché mondial puisse être équilibré, que nous puissions investir à l'étranger et qu'il puisse y avoir des investissements étrangers en France", a encore dit François Hollande.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 24/02/2017 à 16:40
Signaler
Bravo il est confiant c'est ce qu'on a vu avec le chômage il y a trois ans et la courbe se tortille aujourd'hui

à écrit le 23/02/2017 à 19:36
Signaler
Un mariage d'éclopés !!!!! mais ou est passé GE ?

à écrit le 23/02/2017 à 18:46
Signaler
C'est pas dur ...vu que c'est l'Etat ( donc nous ) qui va payer ...! Mais , la vrai question est : qui va sauver ...la SNCF , d'ici peu ?

à écrit le 23/02/2017 à 16:45
Signaler
"Cela ne coute rien c'est l'Etat qui paye". Rien ne change en socialie postmoderne, l'idéologie de la destruction de valeur ajoutée, et son emblème représentatif : le Père Noël du partage avant de produire.

à écrit le 23/02/2017 à 15:52
Signaler
Il a complètement oublier le traité avec le Canada (CETA) sur que Bombardier va bouffer Alsthom

à écrit le 23/02/2017 à 14:03
Signaler
Rédiger un article sur un tel sujet sans rappeler le montant de la dette de la SNCF (44 milliards) est-il professionnel? Après nous le déluge sauf que les meilleurs de nos jeunes partent sur d'autres terres...Cela va devenir dur de vivre en France.

à écrit le 23/02/2017 à 11:03
Signaler
Le peu que l'on a appris sur la transaction État/SNCF ( il y a certainement plus, qui n'a pas été mentionné ) doit faire hérissé les poils de autorités de Bruxelles. Mais la France pense toujours qu'elle pourra s'en sortir sans amende. Encore un cas...

le 23/02/2017 à 15:58
Signaler
ça ne coute rien,c'est l'état qui paye.

à écrit le 23/02/2017 à 9:09
Signaler
C'est avec l'argent du contribuable au final et prendre comme à l'habitude les Français pour des imbéciles .Mr Hollande est un manouvrier et un très mauvais gestionnaire.C'est normal, il n'a jamais travaillé de sa vie, que de la politique! Le plus ...

à écrit le 23/02/2017 à 9:04
Signaler
Maintenant, il faut sauver la SNCF. C'est du domaine de l'Etat. Il suffirait d'appliquer la note n°6 du CAE, c'est à dire "basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique". Ce sera le role de la prochaine majorité, à condition que les F...

à écrit le 23/02/2017 à 7:35
Signaler
Cela va encore retarder le dévelopement d'un meilleur train qui sera vendable à l'étranger. Alstom peut se reposer sur les lauriers, car les vieux trains se vendent toujours. Les coréens qui ont acheté un TGV sont déjà à la 4ème générations qui n'a p...

à écrit le 23/02/2017 à 5:07
Signaler
Ne m'appelez plus jamais " Président ". La France je l’ai laissé tomber. Ne m'appelez plus jamais " Président ". Puisque c’est votre volonté. J'étais un désastre gigantesque Capable pendant cinq- ans. de commémorer ou presque Je jouai...

à écrit le 23/02/2017 à 3:01
Signaler
Francais, a vos porte monnaies.

à écrit le 22/02/2017 à 22:49
Signaler
La fibre nationaliste a fonctionné. Alstom est clairement une entreprise saine et forte de 60000 employés. L'annonce de la fermeture d'un atelier de l'usine de Belfort et la mutation de quelques 400 employés suffit à mobiliser l'argent du contribuabl...

à écrit le 22/02/2017 à 18:43
Signaler
Ras le bol de payer en tant que contribuable pour financer le déficit de la SNCF et de cette gabegie ainsi que les confortables retraites dès 50 ans de ces employés alors qu'il n'y a plus de locos vapeur ni d'escarbilles depuis des lustres et qu...

le 23/02/2017 à 2:15
Signaler
leon : merci d'approfondir vos sujets lorsque vous intervenez sur un forum ! inutile d répandre des informations erronés et proche de la haine merci ld

à écrit le 22/02/2017 à 18:11
Signaler
l'etat stratege! edf mal en point a sauve areva au tas la sncf tres mal en point va sauver alstom bref, que de belles histoires de magouilles, et ca va faire mal quand les sauvetages ' payes par personne' vont arriver sur les feuilles d'impots

à écrit le 22/02/2017 à 18:11
Signaler
Après avoir sauver PSA en 2013 va t il réussir a sauver Alstom ?

à écrit le 22/02/2017 à 18:02
Signaler
pourquoi il la ramène maintenant !il a fait une énorme connerie avec cette commande imposée à la SNCF ! en fait Alstom voulait simplement regrouper à Mulhouse les 2 sites de production sans licenciement puisque il s'agissait de transferer les gens de...

à écrit le 22/02/2017 à 17:13
Signaler
C'est vrai qu'avec une dette de plus de 40 milliards, la SNCF peut bien dépenser 4 à 500 millions de plus. Cela ne changera pas beaucoup sa situation de quasi faillite...

à écrit le 22/02/2017 à 17:00
Signaler
Pathétique ... et dire que l'économie française est gérée de la sorte depuis plus de 30 ans ... on es sortira jamais de l'électoralisme primaire

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.