Migrants : Eurotunnel réclame 9,7 millions d'euros d'indemnisation

 |   |  355  mots
Les forces de sécurité sont insuffisantes face à un nombre de migrants plus proche de 5.000 que des 2.000 évoqués par les pouvoirs publics, selon le patron d'Eurotunnel.
Les forces de sécurité sont insuffisantes face à un nombre de migrants "plus proche de 5.000 que des 2.000" évoqués par les pouvoirs publics, selon le patron d'Eurotunnel. (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Le groupe estime que la France et le Royaume-Uni doivent, comme le précisent les contrats, compenser les coûts et pertes d'exploitation liés au problème des migrants dans le port de Calais. Eurotunnel avait déjà formulé une telle demande au début des années 2000 et obtenu gain de cause : la Cour permanente d'arbitrage de La Haye avait estimé son préjudice à 24 millions d'euros.

Le groupe Eurotunnel demande une indemnisation de 9,7 millions d'euros aux gouvernements français et britannique, pour compenser ses dépenses et perte d'exploitation liées à l'afflux de migrants qui tentent de rallier la Grande-Bretagne via le tunnel sous la Manche.

"Nous continuons à assurer une 'forme d'étanchéité' du tunnel sous la Manche par rapport au passage des migrants en Grande-Bretagne, puisque le nombre de migrants interceptés par les forces britanniques se comptent sur les doigts de la main. L'essentiel est intercepté en France. Cela a un coût", a déclaré le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon, lors de la présentation des résultats semestriels du groupe.

"Les pouvoirs publics méconnaissent gravement la situation", a-t-il déploré, expliquant que les forces de sécurité sont insuffisantes face à un nombre de migrants "plus proche de 5.000 que des 2.000" évoqués par les pouvoirs publics.

13 millions d'euros entre janvier et juin

Sur les 9,7 millions réclamés, environ deux tiers correspondent à des dépenses supplémentaires, comme de nouvelles barrières empêchant les migrants de s'introduire dans le tunnel ou les camions tandis que le tiers restant est une perte d'exploitation.

"Au premier semestre, 13 millions d'euros ont déjà été engagés (pour les dépenses de sécurité), équivalent à la totalité dépensée sur l'année 2014", indique le groupe, qui souligne que les textes prévoient qu'"une partie [de ces dépenses] pourra être prise en charge par les États" qui lui ont concédé l'exploitation du tunnel. Et de préciser que "le gouvernement britannique s'est déjà engagé à prendre 4,7 millions d'euros en charge sur l'année 2015".

Eurotunnel avait déjà formulé une telle demande au début des années 2000, "pour des nombres de migrants moins importants qu'aujourd'hui", a souligné Jacques Gounon. Le groupe avait obtenu gain de cause, et la Cour permanente d'arbitrage de La Haye avait estimé son préjudice à 24 millions d'euros.

Fort d'un chiffre d'affaires en hausse pour le 11e semestre consécutif, le groupe a par ailleurs confirmé viser un Ebitda de 535 millions d'euros en 2015 et de 580 millions d'euros en 2016.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2015 à 12:18 :
Ebita en français c'est EBE, c'est-à-dire Excédent Brut d'Exploitation. Merci La Tribune d'employer des expressions françaises quand elles existent (ce qui est majoritairement le cas) :-)
a écrit le 22/07/2015 à 10:46 :
Les migrants ne seraient-ils pas une chance pour Eurotunnel?
Réponse de le 22/07/2015 à 12:21 :
les fonds d investissements qui pompent le cash flow du concessionnaire du tunnel sous la Manche souhaitent envoyer un bristol de remerciement pour ce cadeau de noel avant l heure. à qui faut il s adresser ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :