MyFerryLink : Eurotunnel coupe les ponts avec Scop SeaFrance qui se retrouve sans navire

 |   |  573  mots
En 2012, Eurotunnel, qui exploite le tunnel sous la Manche, avait racheté les bateaux de l'ex-SeaFrance pour les louer à MyFerryLink.
En 2012, Eurotunnel, qui exploite le tunnel sous la Manche, avait racheté les bateaux de l'ex-SeaFrance pour les louer à MyFerryLink. (Crédits : DR)
Eurotunnel a annoncé que le contrat de location de navires entre sa filiale MyFerryLink et la Scop SeaFrance (créée par les anciens de SeaFrance), ne sera pas renouvelé. Il arrive à échéance le 2 juillet prochain.

Gros temps pour les compagnies de transport maritime. Si la SNCM se cherche toujours un repreneur, voilà que MyFerryLink, qui assure des liaisons entre la France et l'Angleterre, est lâchée par Eurotunnel, exploitant du tunnel sous la Manche et, par ailleurs, propriétaire des trois navires exploités par la compagnie maritime.

En janvier, quand Eurotunnel annonçait une première fois la mise en vente de sa filiale MyFerry Link, notre confrère "La Voix du Nord" expliquait ainsi les différentes entités en jeu et leurs relations:

"MyFerryLink SAS, c'est un fonds de commerce et un outil industriel. La SCOP SeaFrance et ses six cents salariés ne sont pas concernés en tant que tels par la vente. C'est elle, la SCOP, qui est détentrice du pavillon français, c'est elle qui détient les certificats de navigation, qui mène la politique sociale qu'elle entend mener. La SCOP est liée à My Ferry Link par un contrat d'affrètement, que la vente de MyFerry Link ne devrait pas remettre en cause."

Ce mercredi 28 mai, c'est un courrier officiel d'Eurotunnel qui a annoncé son désengagement à la Scop SeaFrance:

"C'est confirmé, nous ne renouvelons pas le contrat avec la Scop qui courait jusqu'au 2 juillet, nous avons envoyé le courrier officiel hier" mercredi, a indiqué un porte-parole du groupe à l'AFP.

Le contrat de location des navires est rompu, la Scop se retrouve donc sans navires pour exploiter la ligne Calais-Douvres

Eurotunnel aurait cédé à la pression des autorités de la concurrence

Alors qu'il estime que la compagnie maritime, qui compte 577 salariés, est "une grande réussite" commerciale, pourquoi Eurotunnel prend-il cette décision?

Pour mémoire, en 2012, Eurotunnel rachète les bateaux de l'ex-SeaFrance pour les louer à sa filiale MyFerryLink. Mais l'initiative n'est pas du goût des autorités britanniques qui estiment que cela pose des problèmes de concurrence - "l'objectif était d'empêcher que le groupe français ne soit présent à la fois sur l'eau et sous l'eau", selon Le Monde.

Une bataille judiciaire s'était engagée, couronnée par un succès: il y a quelques jours, le 15 mai, la cour d'appel britannique avait donné raison à My FerryLink en levant l'interdiction de desservir Douvres depuis Calais, imposée par les autorités de la concurrence outre-Manche.

Une victoire, mais insuffisante. Eurotunnel lâche finalement la Scop, lassée des incertitudes: "L'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) continue à tenir une position contre la présence d'Eurotunnel sur le marché maritime du détroit", argumente Eurotunnel. Tout en poursuivant :

"Pour une société privée avec des actionnaires privés, nous ne pouvons travailler dans cette incertitude", assure un porte-parole du groupe.

Conflits internes chez MyFerryLink

Le 10 avril, MyFerryLink avait été placée en sauvegarde judiciaire par le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, après l'annonce du président de conseil de surveillance, Didier Cappelle, d'évincer le directeur général adjoint de la compagnie Raphael Drotrebente. Certains syndicalistes estiment que les désaccords au sein de la Scop sur les questions de gouvernance ont pu également peser dans la décision du groupe franco-britannique.

Eurotunnel a par ailleurs fait savoir qu'il avait reçu "plusieurs" offres de reprise pour la vente des bateaux. Les négociations, débutées le 11 mai, continuent d'être analysées.

___

>Lire : L'aide du gouvernement à Sea France, un cadeau empoisonné? (2012.01.03)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2015 à 17:42 :
Cela ressemble à un torpillage en règle. Le U-Boot serait-il de retour dans la Manche et Mer du Nord ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :