Pepy à Air France, le plan de l’Elysée qui a fait pschitt

Si Alexandre de Juniac a été reconduit à la tête d'Air France-KLM, son renouvellement a suscité un débat au plus haut niveau de l’État. Ce dernier a notamment étudié un schéma plaçant le président de la SNCF, Guillaume Pepy, à la tête du groupe aérien, et Élisabeth Borne, directrice de cabinet de Segolène Royal, à la SNCF.
Fabrice Gliszczynski
Le plan Pépy à Air France-KLM avait le soutien Martine Aubry - Guillaume Pepy fut son directeur de cabinet de 1991 à 1993.
Le plan "Pépy à Air France-KLM" avait le soutien Martine Aubry - Guillaume Pepy fut son directeur de cabinet de 1991 à 1993. (Crédits : Reuters)

Le 20 mars dernier, le conseil d'administration d'Air France-KLM s'est prononcé à la quasi-unanimité en faveur du renouvellement d'Alexandre de Juniac à la tête d'Air France-KLM. Les trois représentants de l'État, ceux de KLM..., tous, à part le représentant des pilotes d'Air France, ont voté pour le renouvellement de son mandat qui expirait en mai prochain lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Alexandre de Juniac a même vu son pouvoir renforcé puisqu'il lui a été demandé d'être systématiquement présent au conseil d'Air France, la plus grosse filiale d'Air France-KLM, présidé par le Pdg, Frédéric Gagey.

Le conseil a donc suivi la proposition du conseil de nomination, actée quelques jours plus tôt, le mardi 17 mars. L'État lui avait donné son feu vert la semaine précédente, après un long débat au plus haut niveau sur le renouvellement ou pas d'un Pdg étiqueté "sarkozyste".

Jouyet à la manœuvre

Pendant ce débat, si l'éventualité de placer Martin Vial, l'ancien directeur général de La Poste, a été examinée, d'autres scénarios ont émergé parmi les proches de François Hollande, (le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, en tête) comme celui de faire "monter" à la tête d'Air France-KLM Frédéric Gagey, mais aussi celui de placer Martin Vial, l'ancien directeur général de La Poste, et Guillaume Pepy comme La Tribune l'indiquait le 16 mars.

Le plan Pepy à Air France-KLM et Elisabeth Borne à la SNCF

Ce schéma avait le soutien Martine Aubry - Guillaume Pepy fut son directeur de cabinet de 1991 à 1993 - mais aussi celui de la ministre de l'environnement, Ségolène Royal (même s'ils ne s'apprécient pas, avec le président de la SNCF) car, selon nos informations, il permettait d'ouvrir les portes de la SNCF à Élisabeth Borne, directrice de cabinet de Ségolène Royal.

Élisabeth Borne connaît bien l'entreprise, puisqu'elle a eu la responsabilité des chemins de fer au ministère des Transports en 1996 et début 1997, avant d'être directrice de la stratégie de la SNCF de 2002 à 2007. In fine, selon Le Monde, elle devrait obtenir la présidence de la RATP, libre depuis l'annonce du départ de Pierre Mongin pour GDF Suez.

A l'évocation de ce scénario, une source à Bercy a répondu, sans démentir : "C'est maintenant de l'histoire ancienne."

La résistance du comité de nomination d'Air France-KLM

Face à ses manœuvres élyséennes concernant une entreprise privée (l'Etat n'a que 15,7% du capital), Jean-François Dehecq, l'ancien patron de Sanofi, président du comité de nominations du conseil d'Air France-KLM, aurait menacé plusieurs fois de démissionner.

Manuel Valls et Emmanuel Macron, quant à eux, ont soutenu Alexandre de Juniac, notamment parce que son remplacement aurait été perçu comme une offrande donnée aux pilotes, hostiles à son renouvellement. "Ce serait passé comme un soutien aux pilotes, difficile à expliquer après la grève de septembre", explique un connaisseur du dossier. En outre, un changement de Pdg aurait retardé la restructuration du groupe, fait-on valoir.

Régis Turrini, le président de l'Agence des participations de l'État (APE) soutenait lui aussi Alexandre de Juniac. Tout comme son prédécesseur, Jean-Dominique Comolli, l'un des trois représentants de l'État au comité de nomination d'Air France-KLM.

"Ils estiment que le plan Transform a réussi et qu'il faut continuer le redressement du groupe", explique une source à Bercy.

Le scénario Pepy à Air France

Selon L'Obs, qui a aussi écrit sur le sujet, Jean-Pierre Jouyet aurait fait part à Guillaume Pepy du soutien du gouvernement à Alexandre de Juniac le 12 mars. Cet entretien ne nous a pas été confirmé.

L'histoire ne s'est pas arrêtée là. Selon plusieurs sources confirmant les écrits de notre confrère, Guillaume Pepy a manifesté son intérêt pour la présidence d'Air France, certains, dans la majorité, assurant même qu'il n'était pas intéressé par Air France-KLM. "Juniac et Pepy se sont parlés sur le sujet", assure un proche une source proche du dossier.

Ce scénario n'a pas convaincu ni l'État ni le conseil d'administration.

"Juniac et Pepy s'entendent certes très bien, mais ne sont pas complémentaires. Ils aiment tous les deux communiquer. Cela se serait terminé par un clash au bout de six mois", explique-t-on.

Interrogé par La Tribune, un proche de Guillaume Pepy nous a répondu "qu'il n'avait fait aucune démarche pour les postes d'Air France-KLM et d'Air France, même si son nom a circulé et qu'il était entièrement focalisé sur l'achèvement de la construction du nouveau groupe SNCF".

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 27/03/2015 à 18:20
Signaler
Notre pseudo-démocratie, notre république-bananière, notre fonctionnement type ancien régime permet à des copains, voire à des coquins d'obtenir des places, des prébendes et autres avantages distribués selon des critères pas toujours objectifs et de ...

à écrit le 27/03/2015 à 18:20
Signaler
Notre pseudo-démocratie, notre république-bananière, notre fonctionnement type ancien régime permet à des copains, voire à des coquins d'obtenir des places, des prébendes et autres avantages distribués selon des critères pas toujours objectifs et de ...

à écrit le 27/03/2015 à 18:20
Signaler
Notre pseudo-démocratie, notre république-bananière, notre fonctionnement type ancien régime permet à des copains, voire à des coquins d'obtenir des places, des prébendes et autres avantages distribués selon des critères pas toujours objectifs et de ...

à écrit le 27/03/2015 à 13:55
Signaler
Vu les résultats qu'il a à la SNCF, je ne vois pas comment on peut penser qu'il est capable de faire mieux à AIR FRANCE !!

à écrit le 27/03/2015 à 10:38
Signaler
L'élysée tente de recaser tous ses copains à la tête des entreprises publiques ça sent déjà la fin de règne à deux ans des élections présidentielles, une présidence normale.....

à écrit le 26/03/2015 à 17:39
Signaler
Pepy , patronné par Aubry et Ségolaine ! on aura tout vu ! ces 2 incompétentes notoires pour qui tous les moyens sont bons pour se mettre en avant ,ont déjà fait leurs (mauvaises ) preuves! PS voir Sego quitter son enretien à Londres pour se précipit...

à écrit le 26/03/2015 à 17:09
Signaler
Sur un plan purement business, pourquoi changer des équipes qui gagnent ? Chez AF/KLM, le bateau est bien tenu, les réformes sont lancées et l'objectif reste à atteindre. A la SNCF, c'est plus compliqué mais chacun s'accorde pour dire que même si ...

le 26/03/2015 à 22:17
Signaler
Purement politique !

à écrit le 26/03/2015 à 16:49
Signaler
Avec Pépy, au lieu d'attendre 5 ans pour que la compagnie soir en faillite, ça aurait été réglé en 1 ans, finalement c'était peut être pas plus mal...

à écrit le 26/03/2015 à 14:27
Signaler
la Nomenklatura au pouvoir ...essaye régulièrement de distribuer les postes "stratégiques" au " mieux mentant "....

à écrit le 26/03/2015 à 14:24
Signaler
On est passé proche de la catastrophe....Pepita, qu'en penses-tu ?

à écrit le 26/03/2015 à 13:31
Signaler
Ceci montre une fois de plus que les politiques ne gèrent pas les entreprises de manière saine. Le colbertisme est dépassé !

à écrit le 26/03/2015 à 13:01
Signaler
Encore un coup des 5 mille! Oue l'on passe des avions au trains, ce qui parait moins choquant, que d'EDF à Thales. L'état providence ou comment profiter des entreprises publiques!

le 26/03/2015 à 17:52
Signaler
ça aurait été qu'un quasi remake: Louis Gallois était bien passé de la SNCF à AIRBUS !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.