La Comtesse du Barry affûte ses couverts

Ne

C'est l'effervescence actuellement dans les locaux de la Comtesse du Barry. Celle-ci réalise 50 % de son chiffre annuel sur les deux derniers mois de l'année. Et pourtant, l'heure est à l'introspection. La spécialiste du foie gras fête ses cent ans. Un âge vénérable pour la PME familiale installée à Gimont, dans le Gers, et qui profite de cet anniversaire pour se remettre en question et donner un coup de fouet à son marketing. Elle lance ainsi de nouveaux produits « vintage » pour marquer le coup et rappeler son histoire. Mais ses dirigeants réfléchissent aussi à l'avenir, en lançant de nouveaux espaces plus modernes. Ils viennent notamment d'inaugurer début décembre une nouvelle échoppe en plein centre-ville de Bordeaux dans un style inox et bois contemporain, signe du renouveau de la marque.

200 salariés

« Plusieurs points de vente avaient été testés sur la région parisienne et le Sud. Nous comptons désormais généraliser le concept à tous nos magasins », explique Luc Bramel, directeur général et arrière-arrière-petit-fils des fondateurs, Joseph et Gabrielle Dubarry. La quatrième génération de dirigeants a les pieds sur terre. Elle veut développer la vente par le e-commerce (VPC et Web représentent 25 % du chiffre d'affaires) et se diversifier. Pour 2009, la PME gersoise travaille donc sur une nouvelle gamme de restauration dédiée à la cuisine d'assemblage. Un créneau à l'attention des restaurateurs, que l'entreprise compte faire profiter de son savoir-faire et de son expérience en tant que traiteur. La gamme est en passe d'être finalisée dans les cuisines de la société, avant une présentation officielle début 2009.

Avec 200 salariés et 33 millions d'euros de chiffre d'affaires pour 2008, la Comtesse du Barry reste une référence pour le foie gras du Gers. L'entreprise a atteint une taille mature, avec un tiers de ses effectifs dédié à la production, un tiers officiant à la logistique et un dernier tiers détaché dans les différentes succursales. L'essentiel du travail est réalisé à Gimont, où la culture d'entreprise est très marquée. « Près d'un habitant sur deux a, dans sa famille ou ses proches, quelqu'un qui travaille ou a travaillé pour l'entreprise. » Ses fondateurs, il y a un siècle, voulaient fabriquer « le meilleur foie gras du monde ». Une exigence qui va se traduire au fil des décennies par le biais de plusieurs démarches qualités. « Sur la production totale de foie gras en France, seuls 5 % ont le label Rouge. Nous nous fournissons toujours dans ce pourcentage », assure Luc Bramel.

près de 200 références

La Comtesse du Barry transforme chaque année quelque 100 tonnes de foie gras, mais sa gamme de produits est beaucoup plus large avec près de 200 références, caviar et champagne compris. Reste à les faire connaître. Et pour cela, la PME compte aussi beaucoup sur le Net, sur lequel elle compte se redéployer d'ici 2012. Objectif : développer une offre dédiée au Web pour devenir une véritable e-épicerie fine. Un atout qui permettrait à la Comtesse de viser les 40 millions d'euros de volume d'affaires d'ici quatre ans.

++BSD ++

Ne

Pas supprimer

n signature

++BSF ++

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
C'est bien beau tout ça, mais avez-vous pensez à la souffrance que vous faite subir aux animaux pour fabriquer des foies malades ? Le foie gras est déja interdit dans de nombreux pays , à quand en France ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je n en mange plus depuis des annees!.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.