Groupe Réalités séduit l'investisseur américain Lexin

 |   |  509  mots
(Crédits : Arnaud Eluère)
La PME a dû aller chercher aux États-Unis les fonds nécessaires à son essor. Elle veut tripler son activité et devenir l'un des leaders de la promotion immobilière résidentielle du Grand Ouest.

Yoann Joubert ne boude pas son plaisir. Après avoir été ignoré pendant sept ans par les fonds d'investissement français, il vient de faire affaire avec un financier américain, Lexin Capital. Ce dernier va progressivement monter au capital du Groupe Réalités (*), via une augmentation de capital de 6 millions d'euros portant à 12 millions le montant des fonds propres de l'entreprise nantaise.

Basé à New York, Lexin Capital présidé par Metin Negrin et créé par Eugene Rosenfeld (cofondateur de Kaufman & Broad France) présente également l'avantage d'être spécialisé dans l'immobilier. « Jusqu'à présent, la croissance du capital de notre groupe a été assurée par les résultats générés par son activité et par une quarantaine d'actionnaires privés », rappelle Yoann Joubert, directeur et fondateur à Saint-Herblain, près de Nantes, du Groupe Réalités qui peut se targuer d'avoir traversé la crise immobilière sans défaillance. De fait, le groupe a clôturé au 30 avril son dernier exercice par une progression de son chiffre d'affaires : 41,6 millions d'euros après 37 millions en 2009. Et surtout il maintenu une belle rentabilité avec un résultat d'exploitation en hausse de (2,45 millions contre 1,31 million en 2009 et 0,53 million en 2008) et un résultat net de 5,88 % contre 3,52 % en 2009 et 2,09 % en 2008.

Cette étape va permettre à la société de prendre un nouvel essor dont la première phase a été marquée par la récente cession du pôle construction du groupe à ses dirigeants via un LBO. Avec un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros, cette branche réalisait la moitié de l'activité de Réalités.

moult implantations

En se concentrant exclusivement sur la promotion immobilière résidentielle, Groupe Réalités affiche un réel appétit. Il compte d'ici à 2015 tripler son activité (passer de 300 logements construits par an en moyenne à un millier), atteindre un volume d'affaires de 130 millions d'euros tout en maintenant une rentabilité opérationnelle de 10 %. De quoi devenir l'un des trois promoteurs leaders du Grand Ouest en captant « 6 % à 8 % de part de marché » détenus actuellement par Lamotte, Nexity et Bouygues.

Pour atteindre ces objectifs aussi précis qu'ambitieux, la stratégie va consister à mener de front maillage du territoire et développement sur tous les types de programmes. Ainsi, après l'ouverture en 2010 d'agences à Angers, Rennes, Vannes et La Rochelle, Groupe Réalités s'implantera au Mans, à Brest et à Saint-Malo en 2011. « La proximité avec les élus est capitale », assure Yoann Joubert qui est déterminé à maintenir un tiers de son activité dans le logement social : « Non seulement la demande est forte, mais cela conforte notre image auprès des collectivités et permet de maintenir un volume d'activité en temps de crise. »

Pour autant, l'essentiel proviendra de programmes résidentiels « classiques » destinés aux primo-accédants et aux investisseurs, mais aussi « de grands projets pouvant avoir un impact significatifs sur la ville » tels que des résidences de tourisme, des résidences universitaires, des complexes hôteliers ou encore « du portage d'espaces en reconversion ».

(*) FCH (holding des fondateurs) 54,19 %, Lexin 24,19 % (45 % à fin 2010), divers 15,53 % et managers (6,09 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :