Bandeau paroles d'experts

Paroles d’Experts Solvakem : La symbiose industrielle pour l’industrie chimique en pratique

 |   |  350  mots
Amaury Rosier, CEO de Solvakem, explique comment l'économie circulaire peut impacter la préservation de l'environnement.
L’économie circulaire appliquée à la symbiose industrielle présente un grand intérêt pour les acteurs y prenant part et pour la préservation de l’environnement. Solvakem est une entreprise innovante et pionnière dans ce domaine comme le présente son CEO, Amaury Rosier.

La symbiose industrielle permet à la fois au producteur et à l'utilisateur des déchets ou sous-produits industriels de faire des économies importantes par rapport aux coûts de destruction, de mise en décharge et d'achat de matières premières neuves. Solvakem se positionne depuis plus de 25 ans comme un facilitateur expérimenté et indépendant qui propose des solutions de valorisation matière gagnant-gagnant-gagnant dans toute l'Europe : pour les producteurs (gain économique et garantie d'enlèvement), pour les utilisateurs (gain économique et garantie d'approvisionnement pour couvrir les investissements réalisés) et pour l'environnement (solutions locales et limitation d'utilisation de ressources neuves).

Solvakem conseille les industriels en matière de valorisation, étudie leurs différents flux de sous-produits, sélectionne ceux qui ont le plus grand potentiel de réutilisation et leur trouve de nouveaux marchés dans d'autres secteurs d'activités industrielles.

La valorisation concerne tous produits chimiques, flux régulier et lots spots légèrement déclassés (acides, bases, alcools, glycols, solvants, plastifiants, sels,...). Par exemples, Solvakem récupère des peintures périmées de l'industrie automobile en les valorisant en peintures industrielles, les acides et bases déclassés sont réutilisés dans le traitement des eaux usées et les alcools sont distillés pour la fabrication de produits dans le secteur automobile.

Cette entreprise familiale franco-belge était relativement pionnière en projets de symbiose industrielle puisqu'elle a démarré dans les années 1950 avec des activités de recyclage de levures de bière et de distillation de solvants souillés.

Aujourd'hui, il existe encore des gisements importants de sous-produits et de déchets à valoriser encore très bas sur l'échelle de Lansink. Solvakem travaille d'ores et déjà sur une vingtaine de projets représentant plus de 30 000 tonnes de sous-produits à valoriser et qui au lieu d'être incinérés ou mis en décharge pourraient devenir des matières premières secondaires économiques et avoir un impact positif non négligeable sur l'environnement.

Contact :

Solvakem Circular Chemistry Solutions

info@solvakem.com

http://www.solvakem.com

Tél +33 3 44 42 11 37

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :