Comment accélérer la décarbonation de l'industrie française ?

Transformer pour mieux relancer, c'était le thème du cinquième EY T-Day organisé jeudi 9 septembre par EY et la Tribune au Ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance. Lors d'une table ronde sur le développement durable, Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance chargée de l'industrie, Xavier Huillard, PDG de Vinci et Florent Ménégaux, président du groupe Michelin ont évoqué les enjeux de la décarbonation de l'industrie.

4 mn

(Crédits : Wolfgang Rattay)

« L'industrie, c'est 20 % du problème - le chiffre correspond à peu près au montant des émissions de GES du secteur - et 100 % des solutions pour éliminer les 80 % restants » a expliqué Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance chargée de l'industrie. Des solutions qu'il faut imaginer, développer et produire pour des marchés de centaines de millions de personnes. Entre 1995 et 2015, l'empreinte carbone de l'industrie a été réduite de 40 % en raison du phénomène de la délocalisation vers des pays où le coût du travail est moins onéreux. Positif ? Pas sûr, car la conséquence de cette désindustrialisation a été la perte d'un million d'emplois. Par ailleurs, importer les produits qu'on ne fabrique pas localement fait bondir l'empreinte carbone.

Les relocalisations doivent devenir l'alpha et l'omega de notre politique industrielle, selon Agnès Pannier-Runnacher, en phase avec son ministre de tutelle Bruno Le Maire qui a insisté sur ce point dans son message vidéo. Le plan de relance a été construit dans cet objectif de réduction de l'empreinte carbone de l'industrie. « Avec le 1,2 milliard d'euros que nous allons consacrer à la décarbonation des processus industriels, nous allons économiser 3,6 millions de tonnes carbone par an » a précisé la ministre. Par ailleurs, 30 milliards seront injectés dans les mobilités vertes, l'hydrogène, et l'innovation en général. « Avec le seul plan de relance, nous réalisons 18 mois de notre feuille de route de décarbonation industrielle » affirme la ministre chargée de l'industrie. Elle a aussi rappelé que 80 % de l'électricité produite en France est décarbonée grâce au nucléaire. Agnès Pannier-Runnacher a également mis l'accent sur les projets concrets, plus de mille dans les territoires, pour accompagner les entreprises dans leur transition énergétique et relocaliser les filières de production.


La décroissance, une catastrophe économique et sociétale


Vinci a décidé de choisir les technologies de décarbonation les plus efficaces et de les implanter de façon systématique d'ici 2030. « Nous avons constaté que, grâce à cela, et sans même anticiper de nouvelles innovations, nous sommes raccord avec la courbe des Accords de Paris (1). Le deuxième constat, c'est que la rentabilité de ces investissements dans la croissance verte est globalement positive, il faut le répéter » a martelé  Xavier Huillard, PDG de Vinci, qui ne veut pas entendre parler de décroissance, « une catastrophe économique et sociétale ». La société de BTP a par exemple mis au point le concept d'autoroute bas carbone sur son réseau en déployant des réseaux de recharges électriques et des parkings de covoiturage. « Dans les métiers de l'énergie, qui pèsent 15 milliards d'euros chez Vinci, nous proposons à nos clients de les aider dans leur décarbonation. Et pour cela, il faut être crédible » a ajouté le PDG de groupe de BTP.

D'après Florent Ménégaux, président du groupe Michelin, le parc d'1,4 milliard de véhicules va doubler d'ici vingt ans, particulièrement dans les pays émergents. Et si ce parc passe à l'électrique, il va consommer beaucoup plus de pneumatiques. En effet, les véhicules électriques sont souvent plus lourds à cause du poids des batteries, et ils  démarrent et accélèrent plus vite, ce qui use la gomme. « L'enjeu de l'innovation est crucial. Si tout le monde était équipé en Michelin, on consommerait 400 millions de pneus en moins » a expliqué Florent Ménégaux, n'hésitant pas à faire la publicité de ses produits. Pour lui, comme pour son confrère de Vinci, les théories de la décroissance sont trop simplistes par rapport à une réalité qu'on ne peut ignorer : la population continue de croître dans les pays en développement, et ces consommateurs réclament le même taux d'équipement que le nôtre.

Pour conclure ces échanges, Agnès Pannier-Runnacher a mis l'accent sur la coopération entre grands groupes et start-up autour de l'open innovation. La vitesse d'exécution du plan de relance et le rôle de l'Union Européenne sont les deux autres enjeux cruciaux pour que le développement durable devienne vraiment un levier de conquête économique. « À condition que la concurrence soit loyale. Il va falloir faire preuve de fermeté et ne plus être naïf » martèle la ministre. Message envoyé aux pays qui profitent de la permissivité de l'Europe et ne respectent pas les règles du jeu.


(1) Maintenir l'augmentation de la température moyenne de la planète en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels

_________________________________________

Le développement durable, levier de conquête économique

Retrouvez ici la vidéo de la table ronde lors du EY-T-Day

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 13/09/2021 à 21:02
Signaler
Il reste quelque chose à Décarboner en France ! Une petite usine qui a échappé à la grande destruction ?

à écrit le 13/09/2021 à 18:28
Signaler
Avec du protectionnisme donc sinon c'est du suicide marchand surtout dans ce domaine aussi concurrentiel qu'est le pneu avec tout ces pneus à 20 balles or nous vivons dans une société dans laquelle nombreux ne peuvent mettre que 20 balles sur leurs p...

le 13/09/2021 à 20:13
Signaler
Sauf pendant 2 ans où je commençais à 7h et finissait à 19h, je prenais le bus de la ville pour aller travailler mais en voiture, je ne fais que les courses ou me promène, me promène, me promène. Un artisan a besoin d'aller chez les clients. La Poste...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.