Energie : les émissions de CO2 se stabilisent

 |   |  318  mots
(Crédits : Wolfgang Rattay)
L'Agence internationale de l'énergie cite comme raisons de cette stabilisation le développement des énergies renouvelables, le passage du charbon au gaz naturel et la hausse de la production nucléaire.

Après deux années de hausse, les émissions de CO2 liées à l'usage de l'énergie se sont stabilisées dans le monde en 2019, grâce notamment au développement des énergies renouvelables dans les économies développées, a indiqué mardi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Les émissions de CO2 dans le monde ont atteint 33 gigatonnes en 2019, un niveau similaire à celui de l'année précédente, malgré une croissance économique mondiale de 2,9%, selon des données de l'AIE, qui prévoyait auparavant une hausse.

L'agence cite comme raisons de cette stabilisation "le développement des énergies renouvelables (principalement éolien et solaire), le passage du charbon au gaz naturel, et davantage de production issue du nucléaire" dans les économies développées.

"Nous devons à présent travailler dur pour nous assurer que 2019 reste un pic définitif dans les émissions de CO2 et pas seulement une nouvelle pause dans leur croissance", a commenté Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, cité dans un communiqué. "Nous avons les technologies nécessaires pour y parvenir, nous devons toutes les utiliser", a-t-il ajouté.

Une météo plus douce dans plusieurs pays et un ralentissement de la croissance économique dans plusieurs marchés émergents figurent aussi parmi les facteurs cités par l'AIE.

Par pays, les Etats-Unis ont enregistré la baisse la plus importante, avec un recul de 2,9% soit 140 millions de tonnes de CO2 en moins. Dans l'Union européenne, les émissions se sont repliées de 5% (-160 millions de tonnes). Le gaz naturel a produit plus d'énergie que le charbon pour la première fois, souligne notamment l'AIE.

De leur côté, les émissions du Japon ont reculé de 4% après le récent redémarrage de réacteurs nucléaires. Dans le reste du monde, les émissions ont en revanche augmenté de 400 millions de tonnes, une hausse principalement due aux centrales à charbon en Asie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2020 à 15:38 :
Ne trouvez-vous pas qu'il y a déjà assez de confusion dans la tête de certains pour qu'il ne soit pas nécessaire d'illustrer un article sur les émissions de CO2 par une image de tours aéroréfrigérantes d'une centrale nucléaire qui, comme chacun devrait le savoir (d'autant plus dans une rédaction d'un journal qui se veut sérieux), ne rejettent que de la vapeur d'eau?
Réponse de le 11/02/2020 à 15:58 :
Peut-être parce que le CO2 ne se voit pas sauf sous forme de neige carbonique dite carboglace (-78°C) dans les labos de recherche, et que si l'article dit que la production nucléaire a augmenté, justement, ça "booste" la vapeur d'eau qu'on voit sur la photo choisie pour ça. Quand on sera à 0 CO2, on pourra voir des éoliennes, des réacteurs nucléaires 2nde génération (enfin, faut arriver au bout de leur construction), etc mais les dioxocarbonomètres afficheront 0. :-) (je retiens ma respiration).
A part ça vous mettriez quoi comme illustration ? CO2-informative de préférence.
a écrit le 11/02/2020 à 14:35 :
Pourquoi quand un média parle de CO2 il éprouve le besoin de mettre une photo de tours aéroréfrigérantes de centrale nucléaire qui elle ne laisse échapper que de la vapeur d'eau car pour prendre en photo du CO2 ,il faut être un expert..........
a écrit le 11/02/2020 à 12:57 :
C'est donc sous Trump que cela baisse aux états unis, tout comme l'emploi des noirs qui augmente, tout comme les réseaux de prostitutions adolescents qui ferment, les prêtes pédophiles qui partent...

Quel "monstre" ce type c'est incroyable ! LE monde devait être selon nos soldats néolibéraux aux deux neurones à peine actifs s'effondrer et bien non il va mieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :