Veolia-Suez : le fonds Ardian voit une solution se dessiner

 |  | 321 mots
Lecture 2 min.
Mathias Burghardt fait valoir que l'offre d'Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait Suez France et plusieurs activités à l'international encore à définir, aurait pour effet de rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l'opération.
Mathias Burghardt fait valoir que l'offre d'Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait "Suez France et plusieurs activités à l'international encore à définir", aurait pour effet de "rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l'opération". (Crédits : Reuters)
Mathias Burghardt, patron du fonds Ardian Infrastructure qui, avec le fonds GIP, propose de reprendre les activités France et "Eau et Technologie" à l'international de Suez pour 11,9 milliards d'euros, se dit "assez confiant" pour obtenir "un compromis" avec Veolia.

Le patron du fonds Ardian Infrastructure, Mathias Burghardt, se dit "assez confiant" sur "un compromis" dans la bataille entre les groupes de traitement de l'eau et des déchets, Veolia et Suez, dans un entretien avec le Journal du Dimanche. "Je suis assez confiant. Je crois qu'il y aura un compromis", déclare Mathias Burghardt qui propose d'acheter une partie de Suez - une offre soutenue par la direction de Suez mais rejetée par Veolia qui veut de son côté s'offrir l'intégralité de son grand concurrent français.

"On aura tout tenté pour trouver une solution", assure-t-il, jugeant que "ce serait un énorme gâchis pour les salariés et le tissu industriel français si on ne trouvait pas un compromis". Mathias Burghardt fait valoir que l'offre d'Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait "Suez France et plusieurs activités à l'international encore à définir", aurait pour effet de "rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l'opération". Il assure aussi que cette offre apporterait à Veolia "une solution à ses problèmes de concurrence auprès des autorités qui pourraient être saisies". "Et nous préservons l'emploi", ajoute-t-il.

"Ils commencent à voir l'avantage de notre offre"

Malgré le rejet rapide par Veolia de cette solution, le dirigeant d'Ardian considère qu'ils sont "un peu revenus là-dessus, ce qui prouve qu'ils commencent à voir l'avantage de notre offre". "Notre projet est compatible avec le leur et acceptable", poursuit-il, ajoutant que "la solution qui est aujourd'hui envisagée permet de maintenir deux champions français".

Le consortium Ardian-GIP a proposé de reprendre les activités France et "Eau et Technologie" à l'international de Suez pour 11,9 milliards d'euros. Ce projet, soutenu par Suez, a été rejeté par Veolia qui a lancé une OPA sur son concurrent après avoir acquis 29,9% de Suez auprès d'Engie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :