L'Algérie à l'heure de la rigueur

La chute du prix du pétrole commence à produire ses effets néfastes en Algérie. Le gouvernement envisage le gel des salaires et de certains grands projets d'infrastructures pour faire face à la crise qui pointe à l'horizon.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Après avoir dépensé sans compter depuis 2001, le gouvernement algérien commence à préparer l'opinion publique au retour de l'austérité. Dimanche, la Banque d'Algérie a indiqué qu'un baril à 110 dollars était nécessaire pour assurer l'équilibre du budget de l'Etat, dont les hydrocarbures représentent la principale ressource. Or, depuis plusieurs mois, le pétrole est dessous de 100 dollars. Au même temps, les exportations algériennes continuent d'augmenter; atteignant en 2011 un nouveau record à 46 milliards de dollars. Et les recettes ordinaires hors hydrocarbures ne couvrent que 30,1 % des dépenses budgétaires, selon la Banque centrale. L'économie algérienne est en effet entièrement dépendante des hydrocarbures. La baisse du prix du pétrole, conjuguée
aux difficultés de l'Algérie à développer de nouveaux gisements d'hydrocarbures, oblige donc le gouvernement à revoir ses calculs.

Gel des salaires des fonctinnnaires

Lundi, le ministre des Finances Karim Djoudi a évoqué, pour la première fois depuis onze ans, la réduction du budget de fonctionnement et le gel de
projets d'investissements publics. « Si la crise financière européenne se confirme nous seront obligés d'avoir des reports de projets inscrits et une plus grande rigueur dans nos dépenses de fonctionnement'', a affirmé Karim Djoudi. Première solution envisagée : le gel des salaires des fonctionnaires à l'origine d'une hausse du budget de fonctionnement de l'Etat qui a doublé entre 2008 et 2012 pour atteindre 46 milliards d'euros. En 2011, le gouvernement a
accordé des augmentations de salaires conséquentes à tous les fonctionnaires.

La fin des grands projets ?


Les coupes budgétaires devraient aussi affecter les grands projets d'infrastructures prévus dans le plan quinquennal 2010-2014 d'un montant de 300 milliards de dollars. « Les projets en cours continueront d'être financés alors que les financements de nouveaux projets seront étudiés au cas par cas selon les priorités fixées et selon les capacités de financements'', prévient Karim Djoudi.

Réserves importantes


Désendettée, l'Algérie dispose de 200 milliards de réserve de change et de 55 milliards d'euros dans son Fonds de régulation des recettes
pour faire face à la crise, estime l'économiste Abdelmajid Bouzidi, qui juge cependant nécessaire une révision du niveau « exorbitant » de dépenses
publiques. L'Algérie a dépensé en dix ans plus de 500 milliards de dollars pour financer la modernisation de ses infrastructures de base, subventionner les prix et soutenir la réalisation de logements.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 23/07/2012 à 17:03
Signaler
Prière de publier cette <dernière correction> et mise au point. Ce n'est qu'une réflexion. C?est au lecteur de formuler son analyse basée sur les indices quotidiens, tout en faisant appel a son sens d'indépendance du jugement. ***************...

à écrit le 23/07/2012 à 15:15
Signaler
L'Algerie en crise ? ha bon ? lisez plutot ceci ....................................... http://www.maghrebemergent.com/actualite/fil-maghreb/14396-algerie-nette-amelioration-de-lexcedent-commercial-au-1er-semestre-2012.html..............................

à écrit le 22/07/2012 à 22:45
Signaler
Tous ces alarmismes sont contredits par la realité...A nos voisins Marocains qui s'inquietent pour nous, rassurez vous (ou malheureusement pour vous) le solde de la balance du 1er trimestre 2012 a fait un grand bond en avant ...PLUS DE 15,78 MILLIARD...

le 24/07/2012 à 19:02
Signaler
L'argent n?est qu'un instrument fiduciaire pour mesurer l'activité économique des hommes. Un pays dont l'économie repose de 95 ou 96/100 sur la rente pétrolière, ne peut pas être considéré comme un pays riche. C'est plutôt un pays pauvre dans sa p...

à écrit le 22/07/2012 à 19:34
Signaler
De l?avis de tous les économistes et sociologues en plus de celui de 20 universités algériennes. Il serait judicieux d?arrêter, geler ou de remplacer tous ces mégaprojets : Agissant ainsi, vous pouvez éviter un carnage humain et une catastrophe finan...

le 24/07/2012 à 23:23
Signaler
Lire: ...................certains de ces projets sont une............

à écrit le 22/07/2012 à 19:09
Signaler
Tout ce qui force l'interet des etrangers pour l'Algerie.C'est l'argent et le fuel.Ce n'est certainement pas,,les beaux yeux des algeriens. Il est imperativement necessaire,que les algeriens diversifient leur economie dans tous les domaines.

à écrit le 22/07/2012 à 19:05
Signaler
Avec le pétrole à 160 < Dollars > le baril, les algériens peuvent rêver. Entre 160 a` 140 ????????????.. Ils peuvent toujours espérer Entre 140 a` 120 ?????????.?.. Il faut se serrer la ceinture Entre 120 a` 110 ??????????? Ca devient t...

à écrit le 22/07/2012 à 18:59
Signaler
# 1 C?est le résultat d?une économie qui repose a` 95 ou 96/100 sur les hydrocarbures. Il est temps que les algériens mettent tout le paquet sur l?exploitation et la production des énergies renouvelables dites propres. La préparation du futur éne...

à écrit le 22/07/2012 à 18:51
Signaler
Il est temps que les algeriens definissent ,imperativement ce qui suit: 1- Capitalisme 2- L'economie liberale 3- Le capitalisme social 4- Finalement: El-Bisness ou l'anarchie economique tel ,elle est definie par les algeriens. Se mettre au t...

à écrit le 22/07/2012 à 18:39
Signaler
Prière de publier cette mise au point. Ce n'est qu'une réflexion. C?est au lecteur de formuler son analyse basée sur les indices quotidiens, tout en faisant appel a son sens d'indépendance du jugement. **************** La fluctuation du p...

le 23/07/2012 à 18:28
Signaler
Priere d'annuler cette version.

à écrit le 22/07/2012 à 18:35
Signaler
Prière de publier cette mise au point. Ce n'est qu'une réflexion. C?est au lecteur de formuler son analyse basée sur les indices quotidiens, tout en faisant appel a son sens d'indépendance du jugement. **************** La fluctuation du pr...

le 23/07/2012 à 16:54
Signaler
Priere d'annuler cette version

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.