Les Français en piste pour les JO d'hiver 2014

 |   |  1606  mots
Construction du village olympique dans la vallée de Sotchi / DR JO 2014
Construction du village olympique dans la vallée de Sotchi / DR JO 2014
La fédération de Russie prépare des Jeux olympiques d'hiver pharaoniques à Sotchi, dans le Caucase. Dans ce far west d'un nouveau genre, quelques PME tricolores tirent leur épingle du jeu au milieu de dizaines de milliers d'employés russes.

Rosa Khutor, l'épicentre du « Cluster Montagne » des Jeux olympiques d'hiver en 2014, est en pleine effervescence. Dans seize mois, cette station du Caucase en chantier à cinquante kilomètres de la station balnéaire de Sotchi accueillera une trentaine de disciplines de ski alpin, de free style et de snow-board. Le 7 février 2014, lorsque la flamme olympique s'allumera, le géant de l'exploitation minière Interros y aura investi 2,3 milliards de dollars : neuf hôtels de 3 et 4 étoiles internationales, 7.000 lits dont la moitié en hébergements résidentiels, 130 kilomètres de pistes à aménager, et des prestations touristiques « au niveau des grandes stations alpines ».La station sera-t-elle prête à temps ? « Les Russes en ont fait une raison d'État. S'ils veulent être prêts, ils le seront », affirme Jean-Luc Vallier, de la Compagnie des Alpes, expatrié depuis deux ans sur les chantiers de Rosa Khutor, après avoir dirigé pendant vingt-sept ans les remontées mécaniques puis la station de La Plagne. « Leurs moyens matériels et humains sont impressionnants. Mais ce qui fera la différence, c'est leur capacité d'investissement inépuisable sur de tels projets. » La Compagnie des Alpes, leader mondial de l'exploitation des pistes et des remontées mécaniques, a signé un accord pour vingt-cinq ans avec Interros, comprenant l'assistance à maître d'ouvrage et l'exploitation du domaine de Rosa Khutor. « Les Français s'engagent dans le management, pas dans l'investissement », précise Jean-Marc Farini, l'autre expatrié de la Compagnie des Alpes, directeur général de la station. Car personne, à Sotchi, ne se risque plus à évaluer le coût de ces Jeux olympiques d'hiver, essentiellement financés par le privé. Estimée à 12 milliards de dollars au lancement du projet, la facture pourrait s'alourdir à 35 milliards de dollars, à force de rallonges et de dérapages budgétaires. Ces JO seraient alors les plus chers de l'histoire.

Apprendre une politique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :