L'Europe, la dynastie Ming et la croissance

 |   |  794  mots
La chancelière Angela Merkel lors de son discours de soutien au candidat CDU David McAllister, à Brunswick le 5 janvier. Il s'agit d'un scrutin régional en Basse-Saxe, qui se tiendra le 20 janvier.  Copyright Reuters
La chancelière Angela Merkel lors de son discours de soutien au candidat CDU David McAllister, à Brunswick le 5 janvier. Il s'agit d'un scrutin régional en Basse-Saxe, qui se tiendra le 20 janvier. Copyright Reuters
Chaque jour, la Tribune propose une chronique que lui inspire l'actualité.

Les mots croissance et emplois font partie de l'indispensable vocabulaire du leader politique en campagne. En 2012, alors candidat du parti socialiste, François Hollande avait martelé la nécessité d'inscrire en priorité sur l'agenda européen un volet croissance. Et il comptait bien le dire à Angela Merkel en personne, en se rendant à Berlin, la chancelière étant coupable à ses yeux de ne vouloir qu'une funeste politique d'austérité qui à entendre le candidat socialiste était la cause des malheurs de la zone euro. Le résultat fut plus d'affichage que réel.


Pourtant, François Hollande se trompait. Angela Merkel, qui briguera en septembre, lors de la tenue des élections, un troisième mandat, a en effet indiqué haut et fort de lors de son premier discours, que ses thèmes de campagne porteraient en priorité sur les créations d'emplois, plutôt de haut niveau, et la croissance économique.

Créer des emplois et de la croissance, c'est ce que tout le monde veut faire en Europe. Pourtant, jusqu'à la crise de 2008, cette même croissance était décriée, car elle était une mauvaise mesure de la richesse d'un pays, les uns prônant carrément une « décroissance », d'autres exigeant un indicateur...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2013 à 23:09 :
Parceque kes anglais sans Euros et avec leur "esprit d'entreprise" ils ont une meilleure croissance ? Non et dans le futur leur croissance redemarrera un jour ... Comme pour les autres

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :