Les intouchables

 |   |  696  mots
Viktor Ianoukovytch, président de l'Ukraine, pose devant le site nucléaire de Tchernobyl. Copyright Reuters
Viktor Ianoukovytch, président de l'Ukraine, pose devant le site nucléaire de Tchernobyl. Copyright Reuters
La chronique quotidienne de la Tribune inspirée par l'actualité. Aujourd'hui, le coût astronomique d'un incident nucléaire en France, la nécessaire réduction du train de vie de l'Etat et la cyberguerre entre Etats-Unis et Chine fait rage.

Un rapport confidentiel, révélé par le Journal du Dimanche, le dit : un accident nucléaire, du type de celui de Tchernobyl, coûterait 5.800 milliards d'euros ! Cela fait beaucoup d'argent. Dans le cas d'un accident du type Fukushima le montant s'élèverait à seulement, si l'on ose dire, 430 milliards d'euros. La différence des estimations serait due au volume des rejets radioactifs.

Il n'y a pas en France de site aussi vétuste

Ce genre de rapport, qui fera le bonheur des anti-nucléaires, pas que d'eux d'ailleurs, car qui voudrait perdre une telle somme, doit toutefois être pris avec un peu sinon de scepticisme du moins de recul. D'abord parce qu'il n'y a pas en France de site aussi vétuste que pouvait l'être Tchernobyl, et que la surveillance y est un peu plus rigoureuse (ne serait-ce que par les moyens techniques mis en ?uvre). Et l'Ukraine était moins bien organisée que la France.

Ensuite parce que les coûts secondaires sont calculées toutes choses égales par ailleurs. Or les êtres humains sont ainsi faits qu'ils peuvent réagir à certaines situations en réduisant les impacts, mais c'est cela qui est précisément difficile à prévoir. Ainsi, la tragédie de Fukushima n'empêche pas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :