Gaz de schiste : l'américain Hess Oil interdit d'exploration du sous-sol français

Le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin a refusé jeudi de valider le transfert de sept permis pétroliers situés dans le bassin parisien au groupe américain Hess Oil, au motif qu'elle pourrait recourir à la fracturation hydraulique, un procédé interdit en France.

2 mn

La fracturation hydraulique est interdite en France.
La fracturation hydraulique est interdite en France. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'américain Hess Oil ne pourra pas creuser le sous-sol français. Philippe Martin, le ministre chargé de l'Ecologie et de l'Energie, a annoncé ce jeudi qu'il refusait de valider le transfert de sept permis pétroliers portant sur des zones situées dans le bassin parisien. Ces permis appartenaient à la société pétrolière Teorador qui les a cédés à son partenaire américain Hess Oil. Ils prévoyaient l'exploration du sous-sol en Seine-et-Marne, de l'Aisne, de l'Aube, de la Marne, de l'Yonne et du Loiret.

Fracturation interdite

Le ministre a justifié cette décision réclamée par des élus des départements concernés. Il explique dans le Parisien

  "Pouvais-je valider ces mutations de permis alors que leur objectif initial était exclusivement d'explorer des gaz de schiste et que la société américaine qui les a rachetés est spécialisée dans l'extraction de gaz de schiste ? Vu les couches géologiques visées par ces forages, cela implique forcément d'avoir recours à la fracturation hydraulique qui est un procédé interdit en France." 

En vertu du principe de précaution, la France a rejeté l'exploration et l'exploitation de cette source d'énergie. La principale méthode pour l'extraire, la fracturation hydraulique, serait en effet potentiellement dangereuse pour l'environnement. 

Hess Oil réclame 30.000 euros par permis

La décision du ministre aura un coût. En effet, Hess Oil réclame 30.000 euros par permis refusé. Mais une audience, prévue le 6 décembre, pourrait réduire la facture. "Dans tous les cas, ce n'est rien à côté du coût environnemental et sociétal qu'aurait impliqué cette exploration de notre sous-sol", a commenté le ministre de l'Ecologie. 

Le code minier qui encadre ces transferts de permis pourrait quant à lui être révisé. Un rapport sur le sujet doit être remis le 10 décembre au gouvernement. 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 29/11/2013 à 21:35
Signaler
Très bonne décision. Le lobby du gaz de schiste tente de s'imposer partout mais le bilan n'est pas du tout intéressant dans de nombreux pays d'Europe, d'autant plus sous forme combustible. Etude par étude on constate que ce lobby tente de tromper tou...

à écrit le 29/11/2013 à 10:50
Signaler
Faut-il rappeler que la crise actuelle est partie des Etats-Unis ? Nous n'avons aucune leçon à recevoir de ce pays dont le modèle social est répugnant.

à écrit le 28/11/2013 à 19:55
Signaler
Le gaz du schiste modèle du passé n'a aucun intérêt en France, peu rentable, ratio énergie consommée/énergie produite peu efficient, pollutions et risques élevées, en plus sous forme combustible. Bref, absurde, le ministre a parfaitement raison de bl...

le 29/11/2013 à 0:36
Signaler
Parfait, allez faire rouler votre voiture et vous chauffer cet hiver aux énergies renouvelables, moi je continue à rouler à l'essence et à me chauffer au gaz. Nous verrons dans quel état vous serez au printemps. Plus sérieusement, du pétrole et du ga...

le 29/11/2013 à 13:39
Signaler
@blabla bla Surtout souvenez vous bien de ce que vous venez de dre quand le pétrole et le gaz auront tellement augmentés que vous ne pourrez même plus vous chauffer!!!!! Vous irez voir la fourmi votre voisine écolo stupide qui a eu intelligence de ne...

le 29/11/2013 à 21:18
Signaler
@ Boaf et Bla bal : Si vous étiez en pointe dans le domaine de l'énergie et de l'efficience énergétique vous ne sortiriez pas des arguments aussi basiques. L'avenir n'est évidemment pas au gaz de schiste mais aux énergies renouvelables dont la ressou...

à écrit le 28/11/2013 à 19:55
Signaler
Le gaz du schiste modèle du passé n'a aucun intérêt en France, peu rentable, ratio énergie consommée/énergie produite peu efficient, pollutions et risques élevées, en plus sous forme combustible. Bref, absurde, le ministre a parfaitement raison de bl...

à écrit le 28/11/2013 à 18:24
Signaler
LE gaz de schiste risquerait d'obliger l'Etat à baisser les impots, à gérer la croissance et le développement de la France, .... bref trop de travail pour nos gouvernants qui prélèvent, taxes, etc ... et consomment nos deniers sans savoir les gérer. ...

le 29/11/2013 à 13:43
Signaler
on nous vend le gaz de schiste comme le miracle à la crise promettant croissance et prospérité et il y a toujours des idiots pour y croire!!! la bêtise a encore de beaux jours devant elle!!!

à écrit le 28/11/2013 à 17:09
Signaler
c'est bien connu la loi c'est fait pour les autres et specialement le "petit" peuple . J'espere que l'Etat sera lourdement condamné et que le signataire du refus soit lourdement sanctionné au civil . Je sais je reve

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.