Face à l'Etna, une des plus grosses usines solaires d'Europe

3 mn

L'Italie et le solaire font décidément bon ménage. Une des plus grosses usines européennes de panneaux solaires d'Europe va démarrer à Catane, la grande ville sicilienne, dans une ex-usine de puces électroniques.

Un accord conclu fin 2008 entre le japonais Sharp, l'un des trois leaders mondiaux des cellules solaires, la compagnie italienne Enel et le groupe électronique franco-italien STMicroelectronics (STM) prévoit l'installation d'un site de production de cellules à couches minces d'une capacité prévue à 480 MW par an en 2013, couplé à une ligne de production de panneaux de la même capacité.
Au départ, vers mi-2010, la production sera de 160 MW pour chacune des deux lignes de production.

L'investissement total devrait atteindre 1,676 milliard d'euros, sauver 675 emplois sur un site de STM en pleine déroute et en créer plus de 500 nouveaux, avec une usine supplémentaire de 66.000 m2.

Les fonds enfin débloqués

Un doute planait encore sur la réalisation du projet. Mais les banques japonaises viennent de confirmer aux trois partenaires qu'elles débloqueraient d'ici fin 2009 une première tranche de financement de 1,4 milliard d'euros, a annoncé la semaine dernière Adolfo Urso, vice-ministre italien du Développement économique, devant le vice-président de Sharp, Toshio Adachi, et des responsables d'Enel et de STM.

Ce méga-projet, providentiel pour la Sicile, implique toutes les autorités italiennes : outre les trois sociétés, le gouvernement et la Région Sicile vont octroyer des financements. C'est aussi une bonne nouvelle pour STM, qui a perdu 318 millions d'euros au 1er semestre avec un chiffre d'affaires réduit de 17%.

L'usine pourrait approvisionner de futures centrales solaires en Sicile, une démarche qui s'inscrirait dans le plan énergie de Rome qui veut à terme 25% d'énergies renouvelables, 25% de nucléaire et 50% restant d'origine fossile. Sharp envisagerait aussi d'autres investissements en Italie du sud pour en faire sa tête de pont dans la zone Méditerranée.

Une première pour Sharp

C'est la première fois qu'un groupe japonais fabriquera des cellules solaires hors du Japon et en partenariat. Jusqu'ici, Sharp et ses concurrents japonais fabriquaient leurs cellules au Japon, quitte à assembler les panneaux à l'étranger pour fournir les marchés mondiaux. Pour Sharp, ce pourrait être l'occasion de rattraper ses deux plus grands rivaux, l'américain First Solar et l'allemand Q-Cells, qui ont dépassé 1 GW de capacités de production.

Alors que le marché croule sous la surproduction, Sharp, qui se lance ainsi dans les cellules à couches minces, bien moins chères, espère faire chuter de moitié le coût du kilowatt-heure solaire d'ici 2010 par rapport à 2007.

Un autre méga-site de production européen se prépare en Allemagne : l'allemand Solarworld vient d'annoncer qu'il voulait d'ici fin 2010 porter à 450 MW la capacité de production de panneaux solaires en silicium de son site de Freiberg, qui triplerait ainsi de taille. Il est également en train d'y agrandir son usine de wafers de silicium, l'élément de base des cellules en silicium, à 1 GW.

Green Univers
 

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.