Voitures propres : Besson fait un petit cadeau de Noël pour le bonus écolo

 |   |  307  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le ministre de l'industrie a annoncé ce mercredi que le fait de commander sa voiture avant le 31 décembre permettra de bénéficier du bonus le plus avantageux, c'est-à-dire aux conditions de "2010 et non de 2011" même si le véhicule est livré plus tard. Ce petit cadeau devrait coûter près de 50 millions d'euros à l'Etat.

Le nouveau ministre français de l'Industrie Eric Besson a confirmé ce mercredi sur RTL un petit coup de pouce au bonus écologique pour l'achat d'une voiture neuve moins polluante.

Il devait s'arrêter au 31 décembre prochain. Ce sera toujours le cas. Mais plus pour les livraisons, pour les commandes. De sorte qu'une voiture livrée seulement en mars ou avril prochain mais commandée fin 2010 pourra en bénéficier.

"Le gouvernement a décidé (...) de modifier la date de référence pour l'octroi de ce bonus: actuellement, c'est la date de livraison qui compte. Nous avons décidé que ce serait désormais la date de commande, ce qui fait effectivement un coup de pouce, une bonne nouvelle (...) pour les automobilistes qui vont acheter une voiture (...)", a expliqué Eric Besson .

Le fait d'acheter sa voiture avant le 31 décembre permettra "de bénéficier du bonus le plus avantageux, c'est-à-dire aux conditions de "2010 et non de 2011", a-t-il détaillé. Il en coûtera "au moins 50 millions d'euros" à l'Etat.

Cette décision doit permettre d'atténuer l'impact de la mesure contenue dans le projet de loi de finances rectificative qui prévoit un durcissement du bonus-malus automobile avec des obligations écologiques accrues et une prime diminuée. L'Etat veut en effet réduire la facture de ce dispositif lancé début 2008 et dont le coût annuel est passé de 214 à 528 millions d'euros.

Mais les constructeurs automobiles restent inquiets, confrontés qu'ils sont également à la fin de la prime à la casse le 31 décembre prochain pour les véhicules commandés. Mise en place début 2009, elle est déjà descendue de 1.000 à 700 euros en janvier dernier, puis à 500 euros en juillet. Du coup, les ventes de voitures neuves en France risquent de retomber de leur pic de 2,27 millions en 2009 à quelque deux millions cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :