Le hub multimodal du Havre sur les rails

 |  | 459 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Le fret sera regroupé sur une plate-forme près du port avant d'être acheminé par rail ou fleuve vers l'Île-de-France.

L'enquête publique autour du projet de hub multimodal du Havre pourrait être lancée en septembre. Approuvée en 2010 par le conseil de surveillance du Grand Port Maritime du Havre (GPMH), cette plate-forme de 66 hectares doit être construite dans la zone industrialo-portuaire, sur la rive droite du grand canal du Havre, au pied du pont de Normandie. « Cette ?gare? aura pour fonction de regrouper le trafic en un point donné pour lui faire ensuite emprunter un mode massifié par rail ou barge fluviale, principalement vers l'Île-de-France », explique Christian Feuvre, responsable des transports terrestres au port du Havre et du projet du terminal multimodal.

Deux ans et demi de travaux seront nécessaires pour la construction de cette plate-forme dont le coût est estimé à 138 millions d'euros (État, GPMH, collectivités). En matière de transport combiné, le premier port français de conteneurs ne joue dans la même cour que ses concurrents du nord de l'Europe. « Si l'on étudie la courbe de croissance du trafic du port du Havre sur 15 ans, on s'aperçoit que la route suit très exactement la courbe du trafic, pendant que les modes ferroviaire et fluvial stagnent », pointe Christian Feuvre. L'objectif est d'atteindre 25 % de report modal ferroviaire et fluvial en 2020, soit une économie de 500.000 tonnes de CO2.

Rude compétition

Propriétaire du terrain, le GPMH a signé une autorisation d'occupation temporaire de 40 ans avec la société Le Havre Terminal Trimodal (LH2T) qui va construire la plate-forme ; ses actionnaires sont le GPMH, la société Projénor (immobilier industriel), la caisse régionale du Crédit Agricolegricole et ultérieurement, la Caisse des dépôts. La plate-forme sera alimentée par une navette portuaire ferroviaire qui assurera le ramassage des conteneurs sur les différents terminaux portuaires.

La plate-forme sera exploitée par Le Havre Terminal Exploitation (LHTE) dont les actionnaires - et clients directs - seront des opérateurs de transport combiné longue distance ; le capital est aujourd'hui réparti entre Naviland Cargo (groupe SNCF, 28 % du capital), Novatrans (groupe SNCF, 10 %), Rail Link (groupe CMA CGM, 16 %), River Shuttle Containers (groupe CMA CGM, 15 %) et Logiseine (31 %).

Le prix de passage par la future plate-forme multimodale du Havre serait de 50 à 60 euros par conteneur, incluant la collecte des conteneurs à l'intérieur de la zone portuaire. Ce prix a été fixé à ce niveau pour rendre compétitive l'alternative à la route. Or, la compétition avec la route est d'autant plus rude que la distance à parcourir est courte. Le prix de l'acheminement d'un conteneur entre les terminaux portuaires du Havre et l'est de Paris est actuellement de quelque 500 euros par la route. Il faudra donc passer en dessous des 500 euros la boîte pour le voyage par train ou barge.

Claire Garnier, au Havre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2011 à 10:46 :
Non seulement il faudra être compétitif en coût, mais aussi en rapidité, fiabilité et flux.
Aujourd'hui il faut voir les trains quitter Port 2000 dans une lenteur consternante pour se rendre compte de l'ampleur de la tâche!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :