L'Allemagne prépare une "autoroute de l'électricité" pour ses parcs éoliens offshore

 |   |  479  mots
Copyright Reuters
Pour parvenir à son objectif de 25 GW de parcs éoliens offshore pour 2030, l'Allemagne prépare une super-autoroute de l'électricité qui traversera le pays du nord au sud. Indispensable pour convoyer une électricité éolienne produite au nord du pays, en mer du Nord et en mer Baltique, vers les régions de plus forte consommation, qui se trouvent au sud.

L'annonce de cette "autobahn" électrique vient d'être faite par Anne Bräutigam, experte en énergie éolienne de l'agence allemande pour les investissements internationaux (Germany Trade & Invest), qui cherche à attirer les investisseurs étrangers sur les projets offshore allemands.
L'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Chine, devraient être d'ici à 2017 les trois grands leaders de l'éolien offshore, selon une nouvelle étude de Pike Research.

Une aide de 5 milliards d'euros
Angela Merkel vient d'ailleurs d'annoncer, début mai, que 5 milliards d'euros de crédits seront débloqués pour développer les 10 premiers parcs offshore allemands, via la banque publique KfW, le bras financier du gouvernement, une aide bienvenue pour des projets coûteux qui ont du mal à trouver des crédits.
Le marché des futurs "supergrids" qui devront relier à la côte et au réseau électrique général l'électricité des parcs offshore s'annonce si prometteur qu'il fait naître de nouvelles alliances et intéresse même des géants venus d'autres secteurs comme Google, qui a récemment investi 200 millions de dollars dans un futur "supergrid" pour relier les parcs qui pourraient être construits au large de la côte est des Etats-Unis.
Et les grands industriels du secteur (spécialistes des transmissions comme ABB ou Alstom, des infrastructures ou des câbles comme Nexans ou Technip...) remportent déjà d'énormes contrats pour relier les parcs prévus dans les eaux britanniques (42 GW prévus) , américaines ou scandinaves. Face à une concurrence féroce, Technip a d'ailleurs récemment racheté un spécialiste des câbles offshore.

Grands parcs en construction
Pour l'instant, l'Allemagne n'a démarré que deux parcs commerciaux, celui d'Alpha Ventus (60 MW) l'an dernier et, début mai, celui de Baltic 1, en mer Baltique, de 48,3 MW, de quoi alimenter 50.000 foyers. Mais elle est déjà en train de construire le parc de BARD Offshore 1 (400 MW) en mer du Nord, et les contrats de construction sont en train d'être délivrés pour ceux de Baltic 2 et Dan Tysk (288 MW chacun), Nordsee Ost (295 MW) et Amrumbank West (300 MW).
Au total la moitié des parcs offshore déjà autorisés en Europe sont allemands (Voir notre Repère : les principaux projets éoliens offshore dans le monde).
Nettement plus décentralisé qu'en France, le réseau électrique allemand a déjà remarquablement bien su absorber les énergies renouvelables installées dans le pays, soit fin 2010 plus de 17 GW de solaire et 27,2 GW d'éolien, ce qui maintient l'Allemagne dans le trio de tête des producteurs mondiaux d'énergies renouvelables, avec les Etats-Unis et la Chine qui la talonnent. Le gestionnaire du réseau haute tension français, RTE (Réseau de transport d'électricité) a toujours indiqué jusqu'ici pouvoir absorber au maximum sans nécessité d'adaptation particulière 20 GW, seulement la moitié de ce que gère déjà le réseau allemand.

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :