En Angleterre, EDF Energy fait faire des économies à ses clients

La filiale d'EDF s'engage contractuellement auprès de la chaîne de magasins Morrisons à réduire sa facture énergétique de 1 million de livres par an.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

Un comble. La chaîne britannique de magasins Morrisons compte sur son fournisseur, EDF Energy, pour l'aider à réaliser des économies d'énergies. La filiale locale de EDF, qui alimente depuis 2004 les 448 magasins de la quatrième chaîne de distribution britannique, s'engage à l'occasion du renouvellement du contrat pour les trois prochaines années, à lui faire économiser chaque année 1 million de livres sterling (1,12 million d'euros), soit 15 GwH. L'objectif global d'économies porte sur un total de 3,5 millions de livres sterling au cours de l'année 2011.

Les termes du contrat prévoient une clause permettant à Morrisons de se couvrir contre la volatilité des cours de gros de l'énergie, l'amélioration de l'efficacité énergétique des magasins et la mise en oeuvre d'une campagne de sensibilisation des salariés de Morrisons, destinée à alléger la facture de 2 millions de livres supplémentaires. Amélioration des supermarchés existants ou conception de nouveaux magasins plus performants, le distributeur précise qu'il s'agit d'aller « au-delà de simples mesures de bon sens ». Optimisation des solutions d'éclairage, de froid, pompes à chaleur, etc. doivent aider le distributeur à atteindre son objectif de réduction de 30 % de ses émissions entre 2005 et 2020 malgré l'ouverture de nouveaux magasins.

Cette initiative volontaire s'inscrit dans une démarche de fidélisation de la part d'EDF Energy, sur un marché britannique très concurrentiel où les clients sont demandeurs de solutions leur permettant de réaliser des économies, de se conformer à la réglementation et d'améliorer leur image.

Sous peine de pénalités

Mais on pourrait prochainement assister en France à des initiatives similaires. Depuis 2005, les certificats d'économie d'énergie (CEE) contraignent les fournisseurs d'énergie (EDF, GDF Suez, les fournisseurs de fioul et depuis janvier dernier, les fournisseurs de carburant automobile) à faire réaliser (directement ou par le biais de sociétés spécialisées) des économies d'énergie à leurs clients, sous peine de pénalités plus onéreuses que le manque à gagner.

Dans le CPE (Contrat de performance énergétique), qui émerge à peine, le prestataire de services ou le fournisseur d'énergie s'engage contractuellement auprès de son client sur un montant d'économies. À ce jour, on a surtout entendu parler de gros partenariats public-privé tels que celui signé entre Cofely (filiale de GDF Suez) et 14 lycées de la région Alsace. Mais des contrats similaires plus modestes se multiplient aussi dans le secteur privé. Pour Frédéric Utzmann, fondateur de CertiNergy (qui met en contact des fournisseurs d'énergie acheteurs de CEE et des organisations souhaitant réaliser des travaux de rénovation), « on assiste à la naissance d'un nouveau modèle économique où la vente de services compense la diminution des volumes vendus ». Ces prochains mois on devrait entendre beaucoup parler de ces modes de financement innovants, à la fois à la Commission européenne et en France, au sein des groupes de travail du plan national pour l'efficacité énergétique annoncé la semaine dernière.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/06/2011 à 21:30
Signaler
encore un système pour que EDF, GDF, Certinergy et compagnie se goinfre sur le dos des industriels et des particuliers qui investissent pour moins consommer!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.