SunPower décroche un contrat en France, maigre consolation

 |   |  340  mots
Copyright Reuters
Peut-être grâce à l'appui de son nouveau propriétaire, Total, le fabricant américain de panneaux photovoltaïques SunPower a encore décroché un contrat en France, un marché qui l'aide à un peu atténuer sa lourde perte du 3ème trimestre : SunPower va fournir 3,8 MW à La Compagnie du Vent, filiale de GDF Suez, soit 12.000 panneaux, pour une centrale dans le Midi qui doit être terminée à l'été 2012.

C'est un joli coup pour SunPower que de compter parmi ses clients La Compagnie du Vent, l'un des principaux développeurs éoliens de l'Hexagone mais qui a aussi des centrales PV, avec au total 280 MW en exploitation ou à un stade avancé de construction.
Déjà SunPower avait annoncé cet été un gros contrat avec le français Akuo pour fournir les panneaux de deux centrales solaires également dans le sud de la France, d'un total de 24 MW, soit 75.000 panneaux, à poser d'ici la fin de l'année. Akuo a commandé en tout 30 MW à SunPower.

La France soutient les ventes
La France ainsi que l'Allemagne ont fait partie des marchés qui ont soutenu les ventes de SunPower au 3ème trimestre, du moins sur le segment des compagnies d'énergie, a noté son directeur financier Dennis Arriola en présentant les résultats du trimestre.
Tant mieux car la nouvelle acquisition de Total a creusé ses pertes au 3ème trimestre, handicapée par une marge divisée par deux, et malgré une hausse de ses ventes. Le prix de vente moyen de ses panneaux a encore baissé de 10% ce trimestre.
SunPower a enregistré des ventes en nette hausse à 705 M$ contre 550 M$ un an plus tôt et 592,3 M$ au 2ème trimestre, mais sa marge brute a chuté à 10,8% contre 20,4% un an plus tôt. D'où une perte trimestrielle de 370,8 M$, contre une perte de 148 M$ au 2ème trimestre 2011 et un léger bénéfice de 20,1 M$ un an plus tôt.
Le groupe a donc réduit ses prévisions de ventes annuelles 2011 à 2,3 milliards de dollars, au lieu de 2,8 à 2,9 milliards un an plus tôt, et il escompte désormais une perte de 5,65 à 5,90 dollars par action. Il s'attend aussi à une marge brute de seulement 9 à 11% pour l'ensemble de 2011 et a revu ses estimations de ventes à 790 MW contre 815 MW. Il a enfin, dans la foulée, annoncé une réorganisation au sommet, avec le départ de Dennis Arriola, mais surtout un plan de réduction de ses dépenses opérationnelles de 10% en 2012.

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :