Le commerce en ligne verdit en plein désert

 |   |  383  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le leader de l'e-commerce eBay inaugure dans le climat caniculaire de l'Arizona un nouveau centre de données, conçu dès le départ pour être économe en énergie.

La consommation et la facture énergétique des data centers, ces immenses hangars qui abritent des rangées de serveurs de données et autres services en ligne, est un enjeu de plus en plus important pour les entreprises. Surtout pour les gros consommateurs et en période de flambée des prix de l'énergie. L'agence américaine de l'environnement estimait déjà à 4,5 milliards de dollars la facture des data centers implantés aux Etats-Unis pour 2006, or les prix ont considérablement grimpé depuis.
Rien d'étonnant, donc, à ce que eBay se soit penché sur le sujet. Pour le leader mondial du commerce électronique, dont les 100 millions d'utilisateurs s'échangent pour 2.000 dollars de biens chaque seconde, les data centers représentent plus de la moitié de sa consommation d'énergie.
Deux points distinguent sa nouvelle installation, baptisée "projet Mercury". Contrairement à la plupart des nouveaux data centers, qui visent plutôt des climats frais afin de bénéficier de systèmes de refroidissement  au moins partiellement alimentés par l'air ou l'eau environnants, eBay a choisi le climat quai-désertique de l'Arizona. Alimenté à l'eau chaude, son système de refroidissement permet au site de Phoenix de ne consommer que 20 % environ de l'énergie pour sa climatisation (et 80 % pour alimenter les machines), alors que la répartition moyenne des data centers américains est de 40/60.
L'autre originalité de ce projet, c'est la prise en compte de l'efficacité énergétique très en amont, ce qui a permis de guider certains choix au cours de la construction. Dès la conception du data center, eBay a fixé à 1,2 son objectif en matière de PUE (power usage effectiveness, l'indicateur qui mesure cette efficacité énergétique en comparant la consommation totale de l'installation à celle des machines). Maintenant en activité, l'installation affiche une moyenne de 1,35 au mois de janvier et un maximum de 1,26 (plus on se rapproche de 1, meilleure est l'efficacité, sachant qu'on ne trouve guère aujourd'hui mieux que 1,1).
En outre, le data center de Phoenix regroupe 11 installations autrefois réparties en trois lieux différents. En devenant propriétaire et non plus locataires de ces centres de serveurs, il en maîtrise mieux l'efficacité, d'autant plus que ces installations modulaires, susceptibles d'être agrandies en cas de besoin, sont également synonymes d'une meilleure efficacité.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :