ADP traverse bien la zone de turbulences

Les compagnies aériennes et les exploitants d'aéroports n'ont décidément pas le même sort en Bourse. Si les premières connaissent de piètres performances en raison de nombreuses difficultés liées à la baisse de la fréquentation, à des problèmes de surcapacité et de couverture par rapport à des prix du carburant chaotiques, les seconds semblent plus préservés. Témoin l'évolution du titre ADP (Aéroports de Parise Paris) qui s'est octroyé l'une des plus fortes hausses du SBF 120, hier, après la publication de son chiffre d'affaires semestriel. Lequel a dévoilé une activité en hausse de 5,9 % à 1,28 milliard d'euros. Le seul pôle aéronautique a enregistré une croissance de 6,9 %, soutenu par les nouveaux services, les ouvertures d'infrastructures intervenues en 2008 et 2009 et la progression des tarifs. La direction se montre d'ailleurs assez confiante pour l'exercice entier : « Avec des revenus qui s'améliorent au deuxième trimestre par rapport au premier, nous sommes confiants sur notre capacité à afficher un chiffre d'affaires annuel en légère croissance, conformément à nos objectifs pour l'année 2009 », souligne Pierre Graff, président-directeur général d'Aéroports de Parise Paris. Ces anticipations sont d'autant plus prometteuses qu'elles s'inscrivent dans un contexte plutôt morose, les chiffres semestriels du trafic étant parallèlement en repli de 6,4 %. ADP est également confronté à une baisse des tarifs imposés aux compagnies aériennes. L'action ADP est en tout cas en très grande forme. Elle a gagné 43 % en l'espace de six mois et 23 % depuis le début de l'année. P. B.-B.+ 6,19 %

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.