Madrid investit dans l'économie durable

conjonctureÉconomie durable : c'est ce concept qui est désormais au centre du nouveau modèle de développement dont veut se doter l'Espagne. Il a d'ailleurs été la clé de voûte du Conseil des ministres extraordinaire consacré à la situation économique qu'a tenu hier le gouvernement socialiste. À l'issue de la réunion, la vice-présidente, María Teresa Fernández de la Vega, a annoncé la création d'un nouveau fonds étatique d'investissement local. Doté de 5 milliards d'euros (soit 0,44 % du PIB) pour l'année 2010, il sera destiné à contribuer au financement des investissements municipaux liés à l'implantation de nouvelles technologies, à la protection de l'environnement, aux économies d'énergie ou au traitement de résidus.Ce nouveau fonds s'inspire de celui qui avait été instauré à la fin de 2008. Doté, lui, de 8 milliards d'euros, il était seulement destiné à financer des travaux mis en ?uvre au niveau local, tels que la réhabilitation d'édifices publics, le maintien des infrastructures locales ou l'amélioration des équipements collectifs. L'idée d'utiliser les mairies, qui cofinançaient le plan à hauteur de 50 %, comme « levier investisseur » s'est révélée un succès, puisque ce premier plan a permis jusqu'ici de créer 410.000 emplois. Il a également joué un rôle clé dans la réduction du nombre de chômeurs enregistrée durant ces trois derniers mois. Il prêtait toutefois le flanc à une critique : celle de financer dans l'ensemble de « petits travaux » peu porteurs en termes de productivité et d'innovation, et qui se traduisaient en outre par des emplois de faible qualification et à durée limitée. D'où la volonté du gouvernement, avec le nouveau plan approuvé hier, de recentrer le tir en axant exclusivement cette coopération entre État central et administrations locales sur les investissements liés à l'économie durable. aide supplémentaire Dans cette même optique, María Teresa Fernández de la Vega a annoncé que le Conseil des ministres avait étudié la première mouture du projet de loi sur l'économie durable dont le gouvernement veut faire le « grand dessein » économique de la rentrée parlementaire, à l'automne. Selon la vice-présidente, le plan est fondé sur les concepts de « connaissance et innovation », et est destiné à stimuler l'« emploi de qualit頻. Une exigence urgente, il est vrai, pour un pays qui reste sérieusement à la traîne en matière de productivité, conséquence notamment du poids, dans son marché du travail, de secteurs de faible valeur ajoutée comme la construction ou le tourisme de masse.La vice-présidente a reconnu que, malgré les derniers chiffres qui indiquent que la détérioration de l'économie a commencé à se ralentir, l'Espagne « a encore des temps difficiles devant elle ». D'où la nécessité, au-delà des grands projets, d'adopter de plus prosaïques mesures de protection sociale : aussi le gouvernement a-t-il approuvé une aide supplémentaire de 420 euros par mois, durant un semestre, pour les chômeurs ayant épuisé toutes les autres possibilités d'allocations. Une mesure dont devraient profiter, selon le ministère du Travail, quelque 300.000 personnes. Le coût devrait avoisiner les 750 milliards d'euros. n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.