Thales mis sous tension

 |   |  317  mots
Moins d'un mois aura suffi au nouveau PDG de Thales, Luc Vigneron, pour mettre le groupe d'électronique sous tension. Un groupe pourtant peu habitué à se faire bousculer de la sorte. L'ancien patron de Nexter, qui se confie peu en interne et ne réunit plus le comité exécutif, a demandé, selon des sources concordantes et quelques jours seulement après son arrivée, à tous les patrons de division de Thales 2 points de marge supplémentaires. Ce qui a surpris les grands barons du groupe. Notamment Jean-Georges Malcor, le directeur général adjoint en charge de l'aéronautique, contraint de refuser cet objectif en raison de l'état où il a trouvé la division à son arrivée en début d'année. Luc Vigneron, qui veut nettoyer les comptes de Thales, a également encouragé les patrons des divisions à sortir tous les dossiers en souffrance des placards. nouvelles provisionsIl semble que le groupe s'achemine vers l'annonce de nouvelles provisions à l'occasion des comptes semestriels, ou peut-être plus tard lors de la publication des annuels. Une opération à laquelle n'aurait pas de toute façon pu échapper Thales en raison des interrogations portant sur certains programmes aéronautiques.Après le départ du directeur général en charge de l'Asie, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Amérique latine, Alexandre de Juniac, dont l'arrivée à la direction du cabinet de Christine Lagarde est prévue le 24 ou 25 juin, ce serait au tour du directeur général, Europe continentale, Turquie, Russie, Asie centrale, Bruno Rambaud, de quitter le groupe à l'issue du Salon du Bourget. Il est vrai que Luc Vigneron et Bruno Rambaud entretiennent des relations exécrables. Pour les remplacer, un nom circule, celui de Jean-Georges Malcor, qui pourrait prendre la tête de l'international. D'autres départs ne sont pas à exclure d'ici à la fin de l'année au sein du comité exécutif. M. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :