Le jeune marché du CO2 sur la voie de l'efficacité

 |   |  340  mots
Pour la première fois depuis 2005, les 11.000 industriels européens les plus émetteurs de gaz à effet de serre ont modéré leur impact climatique en 2008. La Commission européenne a détaillé hier les statistiques 2008, qui font état de 2,06 milliards de tonnes de CO2 émises, contre 2,126 milliards en 2007. On y découvre que de nombreux industriels ont acheté des quotas européens à d'autres acteurs sur le marché, ou bien utilisé des quotas 2009, anticipant une année de faible activité économique (et donc de faible pollution). Une tonne de CO2 sur trois manquante a été achetée hors Union européenne, ce qui est relativement peu. En effet, selon les estimations d'Emmanuel Fages à la Société Généralecute; Générale, les industriels européens ont utilisé moins de la moitié des CER qu'ils détenaient, en raison de prix relativement faibles. Des statistiques qui montrent l'efficacité du système d'échanges de quotas (European Union Trading Scheme) selon la Commission européenne, le système « a vraiment commencé à faire la différence en 2008 » a déclaré Stavros Dimas, commissaire européen à l'Environnement, même si, selon les analystes, les réductions d'émissions des industriels sont aussi le fait du ralentissement économique, qui a figé certains secteurs d'activité. La nouvelle aura en tout cas dopé le prix du CO2, qui grimpait de 2,4 %, à 14,79 euros sur l'European Climate Exchange hier, ce qui porte son rebond depuis le mois de février à près de 80 %.Pour la première fois, la Commission a publié hier la liste des sites et leur politique. En France, les sites les plus émetteurs de CO2 sont les centrales à charbon d'EDF, ainsi que le site d'ArcelorMittal en Lorraine. Un autre site sort du lot : la raffinerie de Total en Normandie. C'est en effet le site qui a eu le plus recours aux pays émergents pour se mettre en conformité avec la réglementation. Plutôt que de réduire sur place le niveau de ses émissions, la raffinerie a acheté 100.000 tonnes de crédits CER. Aline Robert

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :