L'Europe dans le piège de l'électricité russe

 |   |  224  mots
Rien ne va plus pour l'italien Enel, l'allemand E.ON, le finlandais Fortum et les autres groupes européens ayant chacun investi cette année des milliards de dollars pour des générateurs russes. En raison de la crise qui frappe fortement les industries les plus consommatrices d'électricité (métallurgie, BTP), la consommation s'est effondrée de 9 % en novembre en glissement annuel. L'État russe cherche à reporter sine die les investissements promis dans l'infrastructure et un puissant lobby travaille à bloquer la libéralisation complète des tarifs prévue pour 2011, lesquels sont aujourd'hui fixés par l'État.L'égyptien Orascom Telecom lance cette semaine un service de téléphone portable de troisième génération (3G) en Corée du Nord. Conformément à un accord signé en janvier 2008, Orascom investira 400 millions de dollars dans le réseau d'infrastructures nord-coréen au cours des trois prochaines années. L'opérateur égyptien a déclaré être la première compagnie de télécommunications étrangère à obtenir une licence commerciale de télécommunications dans ce pays.Le Hong Kong Jockey Club a enregistré une perte lors de ses ventes annuelles de chevaux, dimanche, victime d'une baisse des prix de 34 %. Le prix moyen d'un cheval n'a pas dépassé 278.000 euros (392.000 l'an dernier), le total des ventes atteignant 8,3 millions d'euros (12,5 millions en 2007).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :