l'AG de Thomson vote le blanc-seing à la direction

 |   |  417  mots
On pouvait craindre la fronde des actionnaires. En fait, l'assemblée générale de Thomson s'est tenue hier dans une relative sérénité, compte tenu du chemin de croix du titre en Bourse et de la dilution massive à laquelle les actionnaires seront exposés en cas d'accord sur la restructuration sur la dette du groupe.Frédéric Rose, le nouveau PDG du groupe, arrivé au c?ur de la tempête en septembre dernier, s'est félicité du nouveau moratoire annoncé avant-hier sur la renégociation de sa dette, courant jusqu'au 24 juillet, salué comme « une étape importante ». Le dirigeant a déclaré : « Nous avons ressenti une vraie volonté d'aboutir de la part des groupes de nos créanciers, qui sont convaincus que la société a une vraie valeur et un avenir. » Ces négociations devront aboutir « à une réduction significative de la dette brute par conversion en titres, à une situation de trésorerie suffisante pour opérer normalement, et à remettre le groupe sur une trajectoire d'?investment grade?. [...] Notre objectif sera un jour de recommencer à payer des dividendes », a ajouté Frédéric Rose, provoquant une rumeur de mécontentement des petits actionnaires présents. Les actionnaires devront être reconvoqués en AG extraordinaire pour adopter le schéma de restructuration de la dette.cessions programméesHier, ils ont adopté l'ensemble des résolutions, y compris celles touchant à des rémunérations exceptionnelles, dont la lecture avait été accueillie par la réprobation de l'audience. À 87 %, pour les 60.000 euros promis à François de Carbonnel, éphémère président du conseil d'administration, pour avoir recherché et débauché Frédéric Rose chez Alcatel-Lucent. À 72 % pour les 360.000 euros de rémunération exceptionnelle de l'ancien directeur financier, Julian Waldron, pour ses quelques mois passés comme directeur général intérimaire. La résolution la plus contestée, adoptée avec 55 % des suffrages, fut celle traitant des indemnités prévues en cas de départ de Frédéric Rose, prévoyant le versement de quinze mois de salaire au maximum. Le directeur financier de Thomson, Stéphane Rougeot, a par ailleurs fait un point sur les cessions programmées. Le groupe compte rentrer en négociations exclusives avec un acheteur en juillet pour Grass Valley, sa filiale de matériel professionnel, et espère céder, avant la fin de l'année, PRN, la régie publicitaire pour les distributeurs, et Screenvision, la régie publicitaire à destination des cinémas. O. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :