Le gouvernement lance son « tour de France » pour favoriser l'insertion des jeunes

 |   |  361  mots
EMPLOI« J'étais découragée en 3e. Aujourd'hui, j'ai repris le travail », explique Tiphaine, 15 ans, en année découverte à l'école Grégoire-Ferrandi, un centre de formation des apprentis (CFA) située dans le VIe arrondissement de Paris. Aujourd'hui, celle qui ne « se sent plus en échec scolaire » optera pour la pâtisserie, plutôt que pour la cuisine, pour faire ses années d'apprentissage. Le message délivré hier par la jeune fille à Laurent Wauquiez, secrétaire d'État à l'Emploi, et Martin Hirsch, haut-commissaire à la Jeunesse, est positif. Et va dans le sens de l'appel à la mobilisation lancé par le gouvernement pour favoriser l'emploi des jeunes. Alors que le défi des jeunes s'annonce « immense » à la rentrée a reconnu Laurent Wauquiez, les entreprises sont incitées à « profiter » des aides publiques pour recruter vite et en grand nombre des apprentis et des jeunes en contrat de professionnalisation. Des contrats en alternance qui subissent aujourd'hui de plein fouet la crise (? 27 % sur janvier-avril comparé à la même période de 2008).Près de deux mois après l'annonce d'un « plan d'urgence » en direction des jeunes, doté de 1,3 milliard d'euros, dont 40 % sous forme de primes aux employeurs (546 millions d'euros), quatre décrets sont parus hier au « Journal officiel ».Ils instituent notamment des primes aux entreprises recrutant avant le 30 juin 2010 un ou plusieurs jeunes en apprentissage (1.800 euros) ou en contrat de professionnalisation (2.000 euros). Ils prévoient également que toute embauche d'un apprenti avant le 30 juin 2010 sera exonérée de cotisations patronales, un dispositif « zéro charges » jusque-là réservé aux entreprises de 10 salariés ou moins. Enfin, un quatrième décret institue une prime de 3.000 euros pour tout employeur décidant de recruter (en CDI à temps plein ou au moins à mi-temps), avant le 30 septembre, un stagiaire déjà présent dans l'entreprise avant le 24 avril.« Il faut y aller »« Les mesures, l'argent existent, le financement est organisé, les dispositifs juridiques sont d'une simplicité extrême, maintenant il faut y aller ! » a lancé pour sa part Martin Hirsch. Le tour de France lancé officiellement hier, chacun d'eux ira maintenant faire la promotion et l'explication des dispositifs sur le terrain. Isabelle Moreau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :