Après la Révolution orange, la « Révolution verte »  ?

 |  | 339 mots
Lecture 2 min.
Après la révolution des Roses, la Révolution orange, la « Révolution verte » ? Le parallèle est tentant. En Iran, comme en Géorgie en 2003 puis en Ukraine un an plus tard, un régime contesté trafique les résultats des élections pour maintenir au pouvoir son candidat. La fraude dénoncée entraîne des manifestations monstres à l'appel de candidats floués. Face au raz de marée contestataire, le pouvoir ? Edouard Chevardnadze en Géorgie, Leonid Koutchma en Ukraine ? est contraint de provoquer de nouvelles élections. L'opposition, portée par une immense vague populaire, est portée au pouvoir grâce à un nouveau scrutin en Géorgie (Mikhaïl Saakachvili) et en Ukraine (Viktor Iouchtchenko). La mobilisation sans précédent qui secoue aujourd'hui l'Iran repose sur le même sentiment que les électeurs ont été dupés. « Un exemple parmi d'autres de la déferlante démocratique qui balaie la planète, mais l'analogie s'arrête l࠻, estime Philippe Moreau Defarges, chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri). La mobilisation iranienne est pour le moins équivoque. Mir Hossein Moussavi, qui incarne aujourd'hui l'opposition, est issu du sérail. Premier ministre de 1981 à 1989, c'est un pilier du régime islamique, tout comme les deux autres candidats qui se sont présentés contre Mahmoud Ahmadinejad. Alors qu'en Ukraine et en Géorgie, deux visions du pouvoir ? l'héritage soviétique contre la légitimité démocratique ? s'opposaient, une victoire de Mir Hossein Moussavi ne déboucherait pas sur la remise en cause du régime islamique encore moins sur un arrêt du programme nucléaire. mauvaises comparaisonsLa Géorgie et l'Ukraine, deux États fragiles, avaient la perspective de sortir de l'orbite russe pour se rapprocher de l'Europe. L'Iran, au contraire, se considère comme une puissance régionale. Pour Bertrand Badie, chercheur au Centre d'études et de relations internationales, associer les événements iraniens à ceux de Géorgie ou d'Ukraine, c'est vouloir « comparer un pot de confiture et un piano à queue ». X. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :